Samsung prépare des batteries rechargeables en douze minutes

Batterie graphène

Samsung prépare des batteries rechargeables en douze minutes

Le conglomérat sud-coréen développe des batteries composées de graphène, un matériaux réputé pour sa conductivité. Le but: augmenter de 45% la capacité des batteries, en réduisant de 5 fois le temps de chargement. C'est le projet sur lequel travaille Samsung. C'est en 2004 que des chercheurs de l'Université de Manchester, en Angleterre, ont réussi à isoler le graphène pour la première fois.

Dans un communiqué publié le 28 novembre, le géant sud-coréen Samsung a décrit la bille de graphène comme un "matériau de batterie unique" qui permet une augmentation de 45% de la capacité et des vitesses de chargement cinq fois plus rapides que les batteries lithium-ion standard.

Selon Samsung, le graphène offre "une promesse pour le marché des batteries de nouvelle génération", en particulier en ce qui concerne les véhicules électriques et les appareils mobiles. Les chercheurs déposent seulement le brevet aux autorités coréennes et américaines. Certaines batteries défaillantes de ce smartphone avaient pris feu, obligeant l'industriel à retirer précipitamment du marché plusieurs millions de modèles après leur lancement mondial, provoquant un fiasco commercial qui lui aurait coûté plusieurs milliards d'euros. En effet, l'utilisation du graphène nécessite son extraction depuis du graphite. Le graphène ressemble alors à des mini-popcorn, pouvant être intégré aux extrémités des batteries litihium-ion. "C'est une grande technologie aux nombreuses applications potentielles mais il faudra beaucoup de temps pour que les batteries à base de graphène soient produites en masse", a déclaré au Financial Times l'expert coréen Kim Young-woo, de la société financière SK Securities.

"La clé est de savoir qui peut commercialiser la technologie en premier".

Dernières nouvelles