L'émir du Qatar assistera au sommet annuel des Etats arabes du Golfe

Sommet du Golfe : Le roi d'Arabie saoudite, absent

Terrorisme, crise du Golfe, contrats... La visite stratégique de Macron au Qatar

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) réunit six Etats de la région mais de profondes divisions sont apparues en son sein au point de faire peser une incertitude sur la tenue de cette réunion.

Malgré la crise aiguë qui dure depuis près de six mois, le Koweït a indiqué dimanche être prêt à accueillir le sommet annuel du CCG et les six pays qui le composent: Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar.

Ces trois monarchies du Golfe et l'Egypte ont brusquement rompu le 5 juin avec le Qatar, qu'ils accusent de soutenir des mouvements extrémistes et de ne pas prendre assez de distance avec l'Iran chiite, grand rival régional de l'Arabie saoudite sunnite.

Toutes les tentatives pour résoudre la crise avec Doha -qui rejette les accusations et dénonce les sanctions économiques qui lui sont imposées- sont restées sans résultat, y compris celle du Koweït.

Le Koweït a achevé les préparatifs et "ouvre son coeur et ses bras aux dirigeants du CCG mardi et mercredi", a déclaré à la presse le chef de la diplomatie du Koweït, cheikh Sabah al-Khaled.

Mais des experts ont averti que la crise autour du Qatar pourrait conduire à sa disparition.

Les Emirats arabes unis ont annoncé la création d'une " commission conjointe de coopération " militaire et économique avec l'Arabie saoudite, à quelques heures d'un sommet des pétromonarchies arabes du Golfe mardi à Koweït.

Ce comité sera chargé de la "coopération et de la coordination" entre les deux pays dans les domaines militaire, politique, économique, commercial et culturel, selon le décret du président des Emirats, cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane.

Dernières nouvelles