La Nasa rallume les propulseurs de la sonde Voyager 1, éteints depuis 37 ans

Dessin d'illustration de la sonde Voyager 1 premier objet humain à avoir quitté le système solaire

Dessin d'illustration de la sonde Voyager 1 premier objet humain à avoir quitté le système solaire

Quatre de ses propulseurs viennent d'être rallumés avec succès, après 37 ans passés dans l'espace sans être utilisés, a indiqué la Nasa vendredi.

Lancée à une vitesse de 17 kilomètres par seconde, Voyager 1 a déjà réalisé 21 milliards de kilomètres, elle se situe désormais dans l'espace interstellaire, une zone de vide qui sépare les différents systèmes de notre galaxie. "L'équipe de Voyager était de plus en plus excitée à chaque étape du test du propulseur". Cependant, il a besoin de rester orienté d'une manière très précise pour que son antenne à gain élevé pointe en direction de la Terre, afin que nous puissions continuer à communiquer avec la sonde.

Fatalement, au cours des décennies ces propulseurs se sont graduellement dégradés, au point qu'ils nécessitent à présent de plus en plus de soufflées afin d'obtenir les mêmes réglages d'attitude et la même précision.

Mais comme les propulseurs TCM étaient en veille depuis 1980, l'équipe de la mission devait s'assurer qu'ils étaient toujours fonctionnels.

Des antennes du Deep Space Network en l'occurrence celle du
Des antennes du Deep Space Network en l'occurrence celle du"complexe Canberra,

Pour y parvenir, les ingénieurs de la NASA ont dû " examiner les logiciels qui avaient été codés dans un langage obsolète ", explique l'ingénieur en chef Chris Jones. Car depuis 2014, les propulseurs "de contrôle d'altitude" de la petite sonde montrent des signes de faiblesse. Cette réussite "va permettre de prolonger la vie de Voyager 1 de deux ou trois ans", s'est félicitée dans un communiqué Suzanne Dodd, directrice de projet pour la Nasa.

Notons que les propulseurs du Voyager sont alimentés par de l'hydrazine.

En attendant, fort de ce test réussi, l'équipe a l'intention d'effectuer des essais analogues sur Voyager 2, qui devrait entrer dans l'espace interstellaire au cours des prochaines années. Les instruments scientifiques de Voyager 1 sont en effet alimentés par du plutonium, qui devrait normalement arrêter de produire de l'électricité vers 2023.

Dernières nouvelles