Les autorités bancaires françaises déconseillent d'investir dans le bitcoin

Bitcoin L'Autorité française des marchés met en garde les épargnants

Bitcoins : un actif déréglementé et hautement spéculatif

Par ailleurs, le site crowd-partners.com propose également aux particuliers d'investir dans des métaux précieux et des pierres précieuses, en leur faisant miroiter la perspective d'un rendement financier, sans disposer d'un numéro d'enregistrement délivré par l'AMF. "Il s'échange en ligne et n'est matérialisé par aucune pièce ou billet".

Les autorités françaises de la finance ont mis en garde lundi les épargnants contre l'achat de bitcoins, "qualifiés à tort de monnaie virtuelle" et alertant les investisseurs quant aux risques de pertes "très élevés". Elles expliquent que ces "actifs" reposent sur un protocole informatique de transactions cryptées et décentralisées, appelé la "Blockchain ".

En outre, l'AMF comme l'ACPR ont tenu à rappeler que les Bitcoins ne sont pas, " au sens juridique du terme ", ni des monnaies ni des moyens de paiement. Par conséquent, "son fonctionnement s'appuie sur un réseau sans intermédiaire et il ne bénéficie pas d'un cours légal contrairement aux monnaies émises par les banques centrales", ajoutent-elles. "Depuis plusieurs semaines, le Bitcoin a vu sa valorisation croître brutalement". Cette valorisation peut aussi bien s'effondrer de la même manière.

En investissant sur des bitcoins, les épargnants doivent garder à l'esprit qu'ils " s'exposent à des risques de perte très élevés en cas de correction à la baisse et ne bénéficient d'aucune garantie ni protection du capital investi ".

Dernières nouvelles