Des jets d'eau anti-sdf installés à l'entrée d'un parking

Des jets d'eau anti-sdf installés à l'entrée d'un parking

Contre une "douche anti-SDF" à Paris, la Fondation Abbé Pierre se mobilise

Une porte de parking devant laquelle un jet d'eau tombe sur les badauds qui franchissent le porche sans badge: ce système, installé dans le 1er arrondissement de Paris, est un exemple parmi d'autres des nombreux stratagèmes déployés dans les villes pour empêcher les sans-abri d'occuper certains endroits.

"Bruno Morel, directeur d'Emmaüs Solidarité, a voulu alerter sur " l'état d'épuisement dans lequel les personnes arrivent dans les centres", dénonçant ces " insupportables " dispositifs urbains. "Au lieu d'empêcher les SDF de dormir ici, offrons-leur un logement décent ailleurs", peut-on y lire. "Ce n'est pas parce qu'on n'a plus rien qu'on n'a pas le droit de se reposer, de se laver, d'aller aux toilettes", a déclaré Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, devant une agence de la banque LCL, en plein cœur de Paris, où des picots empêchent de s'asseoir ou de s'allonger sur les rebords de fenêtres.

En réponse, la fondation Abbé Pierre lance sur les réseaux le hashtag #soyons humains, invitant toute personne à photographier les dispositifs anti-SDF dans 4 métropoles (Paris, Lyon, Marseille et Montpellier) et dénoncer ces nouvelles installations qui rélèguent les valeurs d'humanité et de bienveillance au rang de souvenir lointain.

Un parking situé rue de Rivoli est en effet équipé d'une douche froide anti-SDF. À Metz, des panneaux ont été collés sur des bancs, la devanture d'une banque, d'un magasin et d'un cinéma dès 07h00 par une quinzaine de militants de la Fondation. Ironie du sort, cette douche est implantée en face de l'immeuble où ont été constitués les premiers groupes Emmaüs.

Interrogé par Le Parisien, Eric Lafontaine, responsable des services généraux de la société propriétaire du parking, a justifié sa décision: "Nous avons fait preuve de beaucoup de tolérance mais ce n'est plus possible". Et de poursuivre: "je comprends que cela puisse choquer". Selon la fondation Abbé Pierre, le nombre de personnes sans domicile fixe a augmenté de 50% entre 2001 et 2012, et plus de 2.000 personnes meurent dans la rue chaque année en France.

Dernières nouvelles