Nasser Bourita convoque la chargée d'affaires de l'ambassade américaine — Al Qods

Le Roi du Maroc préoccupé par l'intention du président américain de changer le statut de Jérusalem

Trump bien décidé à « transférer l'ambassade US » à El Qods : un coup porté au processus de paix

Le président américain Donald Trump a annoncé hier que l'ambassade américaine va être transférée à Al Qods, reconnaissant ainsi la ville comme capitale d'Israël.

Dans ce message, le Souverain marocain évoque sa profonde préoccupation, ainsi que la forte inquiétude des peuples arabes et islamiques suite aux informations faisant état d'une possible annonce par les Etats-Unis d'Amérique d'une reconnaissance de Jérusalem comme Capitale d'Israël et le transfert de l'Ambassade américaine vers la ville Sainte.

"Vous n'êtes pas sans savoir l'importance cruciale qu'occupe la ville d'Al Qods, non seulement pour les différentes parties au conflit, mais aussi pour les fidèles des trois religions célestes. Elle risque également d'attiser la tension, hypothéquer les chances de paix et accentuer la violence et l'extrémisme".

Conformément aux hautes orientations du Roi Mohammed VI, le Maroc, en coordination avec la partie palestinienne et les parties arabe et islamique, œuvrera à conjuguer les efforts afin de faire face à ce développement dangereux, conclut le communiqué.

Le président américain a informé mardi le président palestinien Mahmoud Abbas et le roi jordanien Abdallah II de son intention de transférer l'ambassade américaine à Jérusalem.

Le Souverain marocain a, également, exprimé, sa réprobation vigoureuse de toute action de nature à compromettre le caractère multi-confessionnel de la Ville Sainte, ou altérer son statut juridique et politique.

En saluant hautement Vos efforts sincères en vue du rétablissement de la paix et de la sécurité dans la région du Proche-Orient, Nous portons beaucoup d'espoir sur vos bons offices et intervention agissante auprès de l'administration américaine pour la dissuader de prendre toute mesure se rapportant à la ville d'Al-Qods, eu égard aux répercussions dangereuses que représente une telle mesure pour l'avenir de la paix et la sécurité dans la région.

"Une telle initiative s'inscrit en contradiction flagrante avec la légalité internationale et plus particulièrement les deux résolutions 2253 et 2254 de 1967 de l'Assemblée générale des Nations Unies, ainsi qu'avec les conventions conclues et les ententes entre les deux parties, palestinienne et israélienne", a indiqué mardi, le ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale.

Sur instructions du Roi, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération (MAECI) a convoqué, en présence de l'ambassadeur de l'Etat de Palestine, la chargée d'affaires de l'Ambassade US et d'autres ambassadeurs (Russie, Chine, France et Royaume-Uni) accrédités à Rabat en tant que pays membres permanents du Conseil de sécurité.

Dernières nouvelles