Vers un nouveau bouclier anti-crise pour la zone euro

Réforme de la zone euro : la Commission européenne détaille sa vision

Bruxelles souhaite établir un Fonds monétaire européen

La Commission propose 'de transformer le Mécanisme européen de stabilité (MES), organe intergouvernemental de gestion de crise, en un Fonds monétaire européen (FME)', a expliqué devant la presse à Bruxelles Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques et financières.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le 29 avril à Bruxelles.

La Commission européenne présente ce mercredi son plan de réforme de la zone euro.

Lors du sommet de la mi-décembre, le président du Conseil de l'UE Donald Tusk devrait informer les dirigeants européens que "sur un certain nombre de questions, les discussions n'ont pas conduit à une large convergence", selon une autre source européenne, mentionnant notamment le poste de super ministre de l'Économie et des Finances. Maintenant que le calme est revenu, la Commission européenne veut renforcer les fondements de l'Union économique et monétaire (UEM).

L'idée d'un Fonds monétaire européen (FME), déjà avancée à plusieurs reprises dans le passé, fait consensus, sur le papier, parmi les grandes capitales européennes. "Je pense que le caractère intergouvernemental du MES nous a aidés à créer de la confiance entre les États membres", a-t-il vanté récemment.

Mais aucune décision majeure n'est attendue à ce sommet.

La Commission européenne désire aussi réunir les deux fonctions, soit celle de président de l'Eurogroupe et celle de commissaire européen aux finances, en un Ministre des Finances de la zone euro. Les Allemands ont d'ailleurs d'ores et déjà prévenu qu'ils seraient vigilants sur les compétences qui seraient attribuées à ce ministre. L'exécutif européen propose enfin la création d'une ligne budgétaire pour la zone euro, une proposition qui semble aller moins loin que celle du président Macron, favorable à un budget conséquent propre à la zone euro, qui permettrait aussi de "lever de l'argent en commun". Mais la proposition de la Commission pourrait se heurter à la vision allemande d'une telle institution. Les propositions de la Commission ne sont "clairement pas la fin de l'histoire", a d'ailleurs souligné en début de semaine une source diplomatique à Bruxelles.

Dernières nouvelles