7 ans de prison pour un dirigeant VW — Dieselgate

Olivire Schmidt a plaidé coupable

Olivire Schmidt a plaidé coupable

Oliver Schmidt, 48 ans, ancien dirigeant du constructeur automobile allemand arrêté en début d'année aux Etats-Unis dans le cadre du "Dieselgate", a été condamné à sept ans de prison par le tribunal fédéral de Detroit (Michigan).

Il a écopé de la peine maximale. Sur les sept ans d'emprisonnement, cinq ont été prononcés au titre de l'accusation de conspiration pour fraude.

Arrêté en début d'année par le FBI à Miami, en Floride, alors qu'il se trouvait en vacances, Oliver Schmidt doit également régler une amende de 400.000 dollars, a détaillé un porte-parole du tribunal fédéral de Detroit, dans le Michigan. Son avocat avait plaidé pour une peine un peu plus longue que 3 ans de prison et une amende 100'000 dollars. Révélé notamment à la suite des accusations de l'Agence américaine de protection de l'environnement, l'affaire a mis au jour en septembre 2015 les dispositifs frauduleux secrètement mis en place sur des millions de véhicules diesel de la marque allemande afin de permettre de déjouer les contrôles anti-pollution.

Aux Etats-Unis, Volkswagen a déjà dû débourser plus de 22 milliards de dollars pour réparer ou racheter près de 600'000 voitures incriminées - équipées principalement de moteurs diesel 2 litres et de moteurs 3 litres pour moins de 100'000 d'entre elles - et verser à leurs propriétaires des indemnités. Un scandale qui a poussé la justice américaine à entamer des poursuites contre 8 dirigeants du groupe automobile: Oliver Schmidt est le deuxième à avoir été condamné. Les logiciels truqueurs étaient capables de dissimuler des émissions dépassant jusqu'à 40 fois les normes autorisées.

Une étude parue en mai dans la revue Nature avait estimé qu'en 2015, 38 000 décès "prématurés " avaient été provoqués dans le monde par les émissions d'oxyde d'azote (NOx) "générées en excès ".

Dernières nouvelles