L'OIM rapatriera 15.000 migrants vers leurs pays d'origine — Libye

Une envoyée spéciale dépêchée par l'UA : Consultations pour les migrants bloqués en Libye

L'Union africaine veut rapatrier 20 000 migrants de Libye

L'Union africaine (UA) a annoncé dans un communiqué son intention de rapatrier dans leur pays d'origine 20 000 migrants réfugiés en Libye, dans les six prochaines semaines. Le dispositif devrait permettre à l'OIM de rapatrier 15.000 migrants supplémentaires de Libye avant la fin de l'année.

Afin que les retours soient durables, l'OIM intensifie également son appui à la réintégration des migrants dans leurs pays d'origine et s'attaquera aux causes profondes de la migration, tout en augmentant son programme de lutte contre le trafic de personnes et la traite des êtres humains. Déjà le Rwanda s'est lui proposé pour accueillir ceux d'entre ces migrants qui ne pourraient pas rentrer chez eux. Mais aussi, par exemple, pour mettre en place des vols spéciaux en l'absence de ligne régulière desservant Tripoli, chaque vol nécessitant une autorisation d'atterrissage et des autorisations de survol.

A Abidjan, l'UA, l'UE et le gouvernement libyen ont accepté d'alléger le sort de milliers de migrants pris au piège en Libye. L'Union africaine, comme d'autres organisations, affiche sa volonté de se mobiliser pour secourir les migrants qui croupissent dans des centres de détention libyens. "Quand j'ai visité le centre de détention de Tariq al-Matar qui est un des centres sous le contrôle des autorités il y avait beaucoup de détenus, plus de 3000 migrants, dans un même lieu". Notre priorité, c'est vraiment le rapatriement. Quelque 3.800 migrants africains en Libye doivent être rapatriés d'urgence, avait annoncé le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, lors de la conférence de presse finale du 5e Sommet UA-UE à Abidjan (Côte d'Ivoire), soulignant que le chiffre global de migrants en Libye se situait "entre 400.000 et 700.000".

Le rapatriement volontaire de tous les migrants bloqués en Libye pourrait prendre au total six mois, estime Amira El Fadil.

La Libye a connu ces dernières semaines une augmentation drastique du nombre de migrants détenus.

Certains pays africains ont déjà commencé à titre individuel ce processus.

Dernières nouvelles