Taux de participation était de 16,07% à midi — Corse

Jean-Guy Talamoni, Jean Christophe Angelini et Gilles Simeoni participent à une réunion de campagne à Ajaccio Corse le 6 décembre 2017

France : Les nationalistes corses sans réelle opposition 13 :40

"J'espère que ça va aller mieux pour la Corse, je n'ai pas voté au premier tour mais il faut voter", a confié à l'AFP Frédéric Santoni, 72 ans, qui a été l'un des premiers à glisser son bulletin dans l'urne à la mairie d'Ajaccio, alors que la ville était recouverte d'une pluie fine et froide.

Lors du premier tour dimanche dernier, le taux de participation à la même heure s'établissait à 17,52% des électeurs inscrits.

Les nationalistes devaient profiter du report de voix du petit parti indépendantiste U Rinnovu (6,69 % au premier tour) et de la prime au vainqueur prévue par ce scrutin à la proportionnelle, soit 11 sièges attribués à la liste arrivée en tête au second tour.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé un faible taux de participation au second tour des élections territoriales en Corse.

Les électeurs corses semblent se désintéresser du scrutin qui semble joué d'avance.

DÉBAT: L'indépendance de la Corse est-elle envisageable?

"Le gouvernement travaillera avec l'exécutif qui aura été choisi par les électeurs corses", a sobrement commenté lundi le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

Dans un premier tour marqué par une forte abstention (47,83 %), Pè a Corsica, avec 45,36 % des suffrages exprimés, a largement devancé les trois listes encore en lice pour le second tour: celle de la droite régionaliste de Jean-Martin Mondoloni (14,97 %), celle soutenue par Les Républicains emmenée par Valérie Bozzi (12,77 %) et celle de la République en Marche de Jean-Charles Orsucci (11,26 %).

Rarement une élection territoriale aura précédé un tel enjeu: la mise en place, annoncée au 1er janvier 2018, d'une "collectivité unique" inédite dans l'histoire de l'organisation institutionnelle française.

Dernières nouvelles