"Je ne suis pas là pour plaire" — Laurent Wauquiez

Laurent Bernier quitte les Républicains

La « clause Molière » instaurée par Laurent en Auvergne-Rhône-Alpes annulée par la justice

"Je veux être là pour dire les choses, quitte à secouer. Le président de la région Auvergne-Rhône Alpes en profite pour égratigner sèchement le passé du chef de l'Etat (" son parcours est simple Rothschild-Elysée-Bercy-Elysée) ainsi que sa façon de gouverner. "Alors qu'on me classe à la droite de la droite, ça me fait juste sourire", évoquant son combat pour les classes moyennes et les familles modestes. Un virage à droite incarné par le nouveau président Laurent Wauquiez.

D'après des données chiffrées recueillies par info-chalon.com, sur les quatre départements Bourguignons, la Saône et Loire se retrouve à la dernière place, en terme de résultats obtenus par Laurent Wauquiez, élu dimanche soir Président du parti Les Républicains. Ce matin, dans un échange avec les lecteurs du Parisien publié par le quotidien, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy donne une réponse claire: "Je sens bien qu'il y a un tir de barrage contre moi en ce moment". Mais je ne suis pas là pour plaire. Je ne suis pas là pour faire plaisir au petit milieu médiatique. "C'est pour cela que j'en prends plein la figure", a-t-il martelé.

Et de rappeler: "Quand j'avais 28 ans et que je ne disais rien, j'étais le chouchou des médias. Quand maintenant j'assume mes idées, on veut me le faire payer". "Moi, je veux juste proposer un autre chemin que celui de Macron et des extrêmes, celui d'une droite républicaine qui défend ses valeurs", explique-t-il. Quant à ses différences avec Marine Le Pen, il met en avant leur divergences au niveau de l'Europe, et estime que la leader du Front national représente "le recroquevillement de la France sur elle-même". "Ma conviction, c'est que si on veut reconstruire la droite, il faut avoir le courage d'aller jusqu'au bout de nos idées" conclut-il.

Dernières nouvelles