Les Etats-Unis décident de supprimer le principe de neutralité du net

Ce jeudi 14 décembre la commission fédérale des communications des Etats Unis doit trancher les débats sur la neutralité du net

Les Etats-Unis décident de supprimer le principe de neutralité du net

Ils peuvent, par exemple, ralentir l'accès à certains sites pour en favoriser d'autres.

"Notre gouvernement a mis en place un cadre robuste pour veiller à la neutralité d'Internet, par l'entremise du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC)", a déclaré le ministre Bains.

Qu'est-ce que la neutralité du Net?

"Le principe de neutralité du net c'est l'équivalent, dans le monde virtuel, de l'ouverture des routes, des ponts, ou de la capacité de tout citoyen à prendre le train (.) Supprimer le principe fondateur d'un internet ouvert et neutre, c'est autoriser un petit nombre de sociétés privées à décider qui peut accéder à leur infrastructure et à quel prix", a expliqué dans L'Obs le président de l'Autorité française de régulation des télécoms (Arcep), Sébastien Soriano. Cette règle, qui assure "la neutralité du Net", a été officialisée aux Etats-Unis en 2015 sous Obama, mais la Commission fédérale des communications (FCC) l'a abrogée ce jeudi.

Pourquoi la neutralité est-elle menacée?

Ils prévenaient d'ailleurs dès 2016 que pour développer la 5G, il faudrait abandonner la neutralité du net. Dans certaines villes américaines, il y a même eu des rassemblements devant les magasins des opérateurs. Concrètement, la fin de la neutralité du net leur permet de réduire le débit des clients qui payent moins pour le transférer à ceux qui payent plus, créant des inégalités incroyables à l'accès au net. C'est à dire qu'ils auront le droit de proposer des forfaits de base auxquels se rajouteront des packs payants pour avoir le droit à une bonne connexion sur les services de streaming, sur les jeux vidéo ou sur les réseaux sociaux. Les opérateurs pourront facturer différemment leurs clients et faire payer plus cher les services qui consomment plus de débit. 30 euros le forfait, mais 10 de plus pour avoir un débit correct sur Netflix, 20 de plus pour YouTube, 5 pour Amazon, etc. Et débourser cette même somme si l'on veut pouvoir utiliser les applications de messagerie comme WhatsApp ou Skype. Ses défenseurs craignent à l'inverse la création d'un "Internet à deux vitesses" qui pénaliserait les moins nantis et les plus marginalisés. " Le principal problème des consommateurs avec Internet, ce n'est pas et n'a jamais été que leur opérateur leur bloque l'accès au contenu, c'est qu'ils n'avaient pas accès du tout ". Netflix reste aux côtés des innovateurs, grands et petits, pour s'opposer à cette décision erronée de la CFC. Nous sommes donc pour l'instant protégés par les lois européennes et la Commission Européenne a indiqué ne pas envisager revenir dessus.

Dernières nouvelles