Syrie : la guerre contre l'EI "gagnée d'ici mi, fin février", promet Macron

Emmanuel Macron le 17 décembre

Emmanuel Macron le 17 décembre

"Une fois la guerre contre l'Etat islamique gagnée en Syrie, il faudra parler au président Bachar el-Assad afin de construire une solution politique dans ce pays ravagé par plus de six ans de conflit, a déclaré Emmanuel Macron dans une interview diffusée dimanche sur France 2". "Le 9 décembre, le Premier ministre irakien (Haider al-Abadi) a annoncé la victoire face à Daech (acronyme arabe de l'EI, ndlr) et je pense que, d'ici mi, fin février, nous aurons gagné la guerre en Syrie", a assuré Emmanuel Macron lors de l'émission "Entretien spécial" de Laurent Delahousse sur France 2. "Bachar est l'ennemi du peuple syrien, Daesh est l'ennemi du peuple français, si je devais résumer ma pensée". "Mon ennemi, c'est Daech", a souligné le président.

S'agissant de Bachar Al-Assad, le chef de l'Etat a insisté sur le fait que "la priorité en Syrie c'est d'éliminer Daesh". Macron a estimé que "Bachar devra répondre de ses crimes devant les instances internationales".

Abordant le sujet du processus de paix engagé dans le pays, le président français a reconnu que la coalition allait devoir compter avec Bachar el-Assad pour rétablir la paix dans le pays: "Bachar el-Assad sera là, [.] parce qu'il est protégé par ceux qui ont gagné la guerre sur le terrain, que ce soit l'Iran ou la Russie".

"Dans le processus que la France souhaite voire émerger en début d'année prochaine, il y aura des représentants de Bachar mais je souhaite aussi et surtout qu'il y ait des représentants de toutes les oppositions, y compris de ceux qui ont quitté la Syrie pour leur sécurité à cause de Bachar et non de Daech", ajouté M. Macron.

Dernières nouvelles