Emmanuel Macron : "L'effort sera maintenu" au Sahel en 2018

Visite d'Emmanuel Macron au Niger:

LUDOVIC MARIN AFP

A peine élu, Emmanuel Macron avait été à leur rencontre, à Gao (Nord Mali).

Au lendemain d'une adresse aux troupes françaises sur la base de Niamey, où il a partagé avant l'heure un dîner de fête avec des militaires de l'opération Barkhane, Emmanuel Macron, qui était accompagné de la ministre des Armées Florence Parly, a souligné que la priorité restait la lutte contre le terrorisme. Un menu préparé par son chef cuisinier à l'Élysée, Guillaume Gomez.

"Votre réussite sera aussi la nôtre", a déclaré M. Macron à son homologue Mahamadou Issoufou à l'issue d'une courte visite "de travail et d'amitié" entamée la veille à Niamey.

Au total, la France va apporter une aide de 400 millions d'euros au Niger, l'un des pays les plus pauvres du monde, pour la période 2017-2021.

Le Niger est devenu malgré lui la clé de la lutte contre le terrorisme: à l'Ouest, la zone dite " des trois frontières " aux confins du Mali et du Burkina Fasso, est devenu le principal terrain de jeu des mouvements djihadistes qui se réclament d'Al Qaïda; au Sud, Boko Haram sévit près du lac Tchad à la frontière avec le Nigéria, tandis qu'au Nord, la route à travers le désert de Ténéré est devenu la route de tous les trafics, principalement migratoire, vers la Libye.

"La France la mène de manière claire, avec des femmes et des hommes courageux qui risquent leur vie contre ses troupes et feront tout pour les neutraliser, avec des forces G5 qui sont dans la même clarté opérationnelle et, si j'en crois ce qui m'a été dit, la même clarté et la même détermination de la part de toutes les puissances de la région", a-t-il ajouté.

Après la réunion du 15 décembre dernier, quelque 300 millions sur les 460 millions d'euros réclamés pour mettre sur pied et faire fonctionner le G5 Sahel ont été promis. Un sommet des donateurs est prévu en février à Bruxelles.

Selon les pays du G5 Sahel, leurs armées sont trop faibles pour traquer, seules, les dizaines de groupes jihadistes dans cette région semi-désertique, vaste comme l'Europe. C'est pour cela que la France a mis en place Barkhane en août 2014.

Dernières nouvelles