Réseaux sociaux: l'avertissement signé Barack Obama

Barack Obama et le prince Harry lors des Invictus Games en septembre dernier à Toronto

Barack Obama et le prince Harry lors des Invictus Games en septembre dernier à Toronto. REUTERS Mark Blinch File

De son côté, le prince Harry a dit s'être amusé lors de cet entretien avec l'ancien président.

L'ex-président s'est prêté au jeu des questions et réponses avec le prince Harry, qui était pour l'occasion le rédacteur en chef invité de la station BBC Radio 4. En avril dernier, l'ex-président américain et sa femme Michelle avaient dîné à Kensington Palace en compagnie du prince William et de Kate Middleton. L'ancien sénateur de l'Illinois refuse ensuite de répondre à la question "Slip ou caleçon?". "Rachel ou Monica?" "J'aime Rachel", a-t-il confié. Lors de cette compétition sportive, le tandem Harry-Barack s'était montré très complice. Ce qui a changé depuis la Maison-Blanche?

Pour conclure, le prince lui a demandé ce qu'il achèterait avec ses 5 derniers dollars: "un burger ou un ticket de loterie?".

Ces liens primeront-ils? Le Prince Harry cédera-t-ils aux pressions de son gouvernement?

Barack Obama met en garde contre le risque de "balkanisation" de la société que fait planer selon lui une utilisation malavisée des réseaux sociaux.

"L'un des dangers d'Internet, c'est que les gens peuvent voir des réalités totalement différentes".

"La question qui se pose, c'est comment exploiter cette technologie de manière à permettre la pluralité des voix, la diversité des points de vue, tout en évitant une balkanisation de la société", poursuit-il, sans citer son successeur Donald Trump, très critiqué pour son usage de Twitter notamment. L'ancien locataire de la Maison-Blanche y aborde des sujets qui lui sont chers - les réseaux sociaux, l'engagement politique -, revient sur son expérience et livre quelques confidences plus anecdotiques. "Je me lève plus tard" avec "l'esprit libre", a-t-il dit, ajoutant "c'est un ravissement d'avoir la possibilité d'être le maître de sa journée".

Difficile toutefois de ne pas regretter certains aspects de cette fonction à la fois "fascinante et gratifiante", souligne Barack Obama. "Mon équipe me manque, le travail lui-même me manque", a-t-il avoué.

Le prince Harry et sa fiancée Meghan Markle auraient en effet fait part de leur souhait d'inviter Michelle et Barack Obama à leur mariage, le 19 mai prochain.

Dernières nouvelles