Vaccin contre l'hépatite B: L'État condamné à indemniser victime

Une infirmière vaccine une femme

Une infirmière vaccine une femme Crédit: AFP

Douleurs musculaires, fatigue généralisée. Le 21 juin 2017, la Cour de justice de l'Union européenne a reconnu coupable le laboratoire Sanofi-Pasteur de la sclérose en plaques contractée par M. W. deux mois après avoir reçu le vaccin contre l'hépatite B (entre 1998 et le milieu de l'année 1999).

Les faits remontent à mai 1994. Une secrétaire médicale a subi les conséquences d'une vaccination obligatoire contre l'hépatite B en mai 1994 avec trois rappels. Mais, quelques semaines plus tard, en juillet, elle s'était plainte de troubles physiques. Depuis, elle souffre de myofasciite à macrophages, une maladie neurologique qui s'attaque aux tissus musculaires.

L'Office national d'indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales (Oniam) devra verser une somme de 190 751 euros à la plaignante, selon la décision du tribunal administratif d'appel de Nantes.

L'avis concernait notamment le lien de causalité entre la vaccination contre l'hépatite B subie par Madame L. dans le cadre de l'obligation vaccinale liée à son activité professionnelle et la myofasciite à macrophages dont elle souffre.

Dernières nouvelles