Un homme enterré par erreur à la place d'un autre — Marseille

Rabah Ali Ani, 70 ans, est mort début novembre. C'est en se rendant à la chambre mortuaire de l'hôpital de la Timone, le 13 décembre, que son neveu découvre que les corps ont été échangés. Un agent du commissariat Noailles concédera des excuses et un travail de recherche " mal fait ".

Mais la famille du défunt n'est pas au bout de ses peines. L'oncle a été enterré à la place du défunt qu'il a sous ses yeux. Alors qu'il assistait au lavage rituel du corps par un imam, l'un des frères de Rabah Ali Ani tombe de haut: "Il m'a téléphoné en hurlant: c'est pas lui!", raconte Mohamed. "On a tous pris une gifle." poursuit Mohamed. Ce dernier sera finalement déterré et rapatrié en Algérie.

Pour Me Thomas Vartanian, l'avocat saisi par la famille, la faute de l'AP-HM (Assistance publique - Hôpitaux de Marseille) est lourde. "Le corps de leur proche n'a pas été traité de la façon dont on doit traiter les corps au sein de l'AP-HM", a-t-il expliqué.

Dernières nouvelles