80 km/h sur route : quand le candidat Macron était pour… 70 km/h !

80 km/h sur route : quand le candidat Macron était pour… 70 km/h !

C'est officiel, au terme d'une réunion du comité interministériel sur la sécurité routière, le Premier ministre Edouard Philipe, a annoncé ce mardi 9 janvier 2018, 18 mesures fortes pour enrayer la hausse persistance du nombre de morts sur les routes.

Il y a enfin les tronçons dangereux; en général, ceux-ci sont parfaitement délimités, soit par la fréquence des accidents, soit par un peu d'observation élémentaire: ligne droite trompeuse, virage brutal ou mal planifié, accès nombreux et surprenants des autres plus petites routes, et, surtout, route surchargée, notamment par des poids lourds; dans ce cas, des limitations à 80 km/h, ou même, 60 km/h, sont parfaitement légitimes.

Cette réduction de 90 km/h à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les routes à double-sens sans séparateur central ne concerne pas les routes à deux fois deux voies et des routes à trois voies qui sont conçues pour permettre des dépassements sécurisés.

Mais je sais qu'elle va sauver des vies, et je veux sauver des vies. Le journal Libération rapporte ainsi les propos sur le sujet du candidat Macron: "En France, les vitesses sont 'impaires': 30, 50, 70, 90, 110, 130". Je comprends les arguments, et même la mauvaise humeur, mais je ne le fais pas pour augmenter les recettes de l'État. Interrogé pendant la campagne présidentielle par un groupe de scientifiques et de responsables associatifs, le candidat Macron avait affiché son scepticisme. "Je suis naturellement favorable, dès lors que les conditions de danger l'imposent, à abaisser la vitesse à 70".

L'abaissement de 90 km/h à 80 km/h de la vitesse autorisée augmente la durée des trajets de 11%.

Il expliquait ainsi que la sécurité routière était "une priorité". Mais selon lui, il était nécessaire de privilégier "le déploiement de nouveaux types de contrôle", tout en précisant regretter que "l'entretien des routes ait trop souvent été une variable d'ajustement budgétaire".

Dernières nouvelles