Apple, coupable d'obsolescence programmée ?

La justice ouvre une enquête contre Apple pour obsolescence programmée

IPhone ralentis : une enquête ouverte en France contre Apple pour "obsolescence programmée"

Sa cible? L'entreprise américaine Apple.

Apple déclarait le 28 décembre dernier "Nous n'avons jamais, et n'aurions jamais rien fait pour réduire intentionnellement la durée de vie d'un produit Apple, ou dégrader l'expérience de l'utilisateur pour conduire des mises à jour côté client".

La plainte a été bien claire, selon Hop, Apple a fait ralentir volontairement ses iPhone dans le but de prolonger la durée de vie de ses smartphones, mais surtout dans le but d'inciter les utilisateurs à les remplacer suite au bug. Le 8 janvier 2018, la justice française a ensuite décidé d'ouvrir une enquête contre Apple pour obsolescence programmée et pour tromperie.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête visant Apple sur des soupçons d'"obsolescence programmée" de certains modèles de iPhone du géant américain, accusé d'en réduire volontairement les performances, a appris lundi l'AFP de source judiciaire. L'enquête, ouverte le 5 janvier, vise également le chef de "tromperie" et a été confiée au service national des enquêtes de la Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Mais pour l'association HOP, Apple bride volontairement ses téléphones afin de pousser les consommateurs a acheter les nouveaux modèles. "Il s'agit de la première procédure pénale au monde contre la société, sur le fondement de l'obsolescence programmée", a affirmé Émile Meunier, avocat de l'association. Pour l'heure, Apple France n'a pas souhaité communiquer.

La loi de 2015 sur la transition énergétique prévoit pour les contrevenants une peine maximale de deux ans de prison, 300 000 euros d'amende et 5 % du chiffre d'affaire annuel.

Une décision prise, selon lui, en raison de l'utilisation de batteries au lithium-ion qui ont davantage de difficultés à répondre à d'importantes sollicitations par l'utilisateur du téléphone lorsqu'elles vieillissent.

L'autorité du parquet, avec l'aide des enquêteurs spécialisés dans ce genre de situation mèneront les investigations en France.

Cette plainte déposée par l'association Hop, et qui place Apple en position plus qu'inconfortable, fait suite aux réclamations de nombreux usagers. Sur son site, elle appelle désormais tous les clients d'Apple à se manifester pour se joindre à une éventuelle plainte pénale collective.

L'affaire de la batterie d'iPhone prend une nouvelle tournure.

Dernières nouvelles