PicSat : un nanosatellite français pour mesurer le transit d'une exoplanète

Un nanosatellite à l'affût d'une exoplanète

Un satellite français de la taille d'une bouteille d'eau s'apprête à épier une exoplanète

"PicSat ", qui devait être lancée dans les tout prochains jours, à bord d'un lanceur Polar Satellite Launch Vehicle (PSLV) de l'agence spatiale indienne, ISRO. Le décollage est prévu à 4h58 heure française (3h58 GMT).

Cette étoile brillante, jeune et proche - âgée de 23 millions d'années, elle est située à 63,4 années-lumière de la Terre - intéresse les astronomes depuis qu'en 1981, un vaste disque de débris d'astéroïdes, de poussières et de gaz a été repéré autour d'elle.

En 2009, une équipe française dirigée par l'astrophysicienne Anne-Marie Lagrange, a découvert dans ce système planétaire une planète gazeuse géante, Beta Pictoris b, encore en cours de formation.

Illustration d'artiste de l'exoplanète Beta Pictoris b et de sa lointaine étoile, Beta Pictoris. Elle est sept fois plus massive que Jupiter, qui tourne autour de son étoile à 1,5 milliard de kilomètres de distance. Durant un an, depuis une orbite héliosynchrone qui le fera passer toutes les 90 minutes à 600 km au-dessus de chaque pôle, ce nanosatellite de 3,5 kg construit par le Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique (Lesia) de l'Observatoire de Paris-PSL, du CNRS et des universités Paris-VI et Paris-VII va surveiller Beta-Pictoris, une étoile brillante du ciel austral. Avec un espoir: détecter une baisse apparente de sa luminosité causée par le passage devant elle d'une exoplanète, de ses anneaux et de ses satellites!

Pouvoir observer ce passage ou "transit", qui se reproduit tous les 18 ans, devrait permettre de déduire la taille exacte de l'exoplanète, l'étendue de son atmosphère et sa composition chimique.

D'un coût modeste (1,5 million d'euros, salaires compris), le projet, qui a reçu un financement européen, a pu démarrer en 2015. Il a été développé au Lesia de l'Observatoire de Paris.

PicSat est un nanosatellite exploitant le modèle des CubeSats qui sont des modules cubiques de 10 cm de côté.

Prévu pour fonctionner pendant un an, PicSat bénéficiera d'un point d'observation de premier plan et en continu pour ne pas rater le transit. Toute personne disposant d'un minimum d'équipement de réception radio pourra écouter ses transmissions.

Dernières nouvelles