Angers : interdiction définitive des soirées d'intégration aux Arts et Métiers

Personne n’a pour l’instant porté plainte à l’Ensam d’Angers. Crédits

Personne n’a pour l’instant porté plainte à l’Ensam d’Angers. Crédits

Un conseil de discipline avait été convoqué ce mercredi 10 janvier après la révélation le 19 décembre 2017 de dérapages lors d'une soirée d'intégration sur le campus Arts et Métiers d'Angers. Plusieurs jeunes étudiants ont rapporté qu'ils avaient été brûlés au bras avec des manches de cuillère chauffés à blanc lors d'un rituel qui a dérapé.

La direction générale d'Arts et Métiers prend la décision de mettre fin définitivement à la Période de Transmission des Valeurs. Malgré tout, aucune plainte n'a été, à ce jour, déposée. L'Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR) a toutefois été saisie par le ministère de l'Enseignement supérieur "afin de comprendre comment de tels comportements peuvent perdurer malgré les mesures prises ces dernières années".

S'il n'y a pas eu d'hospitalisation au moment des faits, la présidente du comité national contre le bizutage estime que cet acte s'apparente à "de la torture". "Quelle image cela donne-t-il de notre future élite et de la façon dont elle sera amenée à se comporter en entreprise?"

Ce n'est pas la première fois que l'Ensam est au cœur d'histoire de bizutage.

Dernières nouvelles