Comment la glace découverte sur Mars pourrait aider à sa colonisation

Des scientifiques indiquent les meilleurs endroits pour construire des bases sur Mars                REUTERS NASA  JPL-Caltech

Des scientifiques indiquent les meilleurs endroits pour construire des bases sur Mars REUTERS NASA JPL-Caltech

La sonde de la Nasa MRO (Mars reconnaissance orbiter) a en effet repéré des dépôts de glace souterraine au-delà des régions polaires qui en sont recouvertes.

Surtout, les relevés montrent plus que des vestiges d'un éventuel glacier mais de grandes quantités de glace située parfois à seulement quelques mètres de profondeurs. Ce qui pourrait aider à l'installation d'humains sur la Planète rouge.

Des scientifiques de l'Institut d'études géologiques des États-Unis (United States Geological Survey, USGS) ont découvert sur Mars la présence, à une profondeur d'à peine un mètre ou deux, d'importants dépôts de glace d'une épaisseur allant jusqu'à 100 mètres. Toutefois, des questions demeurent quant à sa quantité, sa pureté et son accessibilité à d'éventuels astronautes.

Les fractures et les angles abrupts indiquent que cette glace est compacte et solide, précisent les scientifiques.

Ces strates se sont probablement formées avec l'accumulation de la neige au gré de nombreuses saisons lors de précédents cycles climatiques, explique Susan Conway, une géologue à l'Université de Nantes en France, citée dans Science.

L'eau est une ressource essentielle.

Ces stocks d'eau potentiels excitent les chercheurs car en combinant l'eau avec du dioxyde de carbone (CO2) - qui forme l'essentiel de l'atmosphère martienne - on peut produire de l'oxygène pour respirer ainsi que du méthane, un carburant pour les moteurs de fusée.

Cependant, ces lieux riches en glace ont tous été trouvés à des latitudes d'environ 55 degrés nord et sud, qui, durant le long hiver martien, deviennent très froids et inhospitaliers pour des bases humaines dépendantes de l'énergie solaire. C'est la raison pour laquelle la Nasa veut limiter les recherches à des zones plus proches de l'équateur de Mars.

Dernières nouvelles