Donald Trump ouvert à des pourparlers avec la Corée du Nord

DONALD TRUMP SALUE LA POSSIBILITÉ D'UN DIALOGUE INTERCORÉEN

Les deux Corées entament des négociations cruciales

Celle-ci se tient dans un coin reculé et jusqu'alors méconnu de la Corée du Sud, loin des marchés traditionnels des sports d'hiver que sont l'Europe et l'Amérique du Nord. La Corée du Sud accueille les JO d'hiver 2018 du 9 au 25 février tandis que les Jeux Paralympiques commencent le 9 mars.

Le Nord et le Sud sont toujours techniquement en guerre, la fin du conflit fratricide de 1950-1953 ayant été marquée par un armistice et non un accord de paix.

"En cas de demande formelle d'inscription tardive de la part du CNO nord-coréen, la question devra être adressée au CIO pour une décision finale à la fois sur cette inscription tardive et sur une augmentation du nombre de participants aux JO-2018 dans la catégorie couples", poursuit-elle. Elle sera emmenée par le ministre de l'Unification, Cho Myung-Gyon. Dans le cadre de ces négociations à Six, la Corée du Nord accepte de "désactiver" son programme nucléaire en février 2007 en échange de la fourniture d'énergie et de garanties de sécurité par les Etats-Unis. En 1972, le Nord et le Sud établissent un communiqué conjoint qui pose les fondements d'une volonté commune de réunification. La possible levée de sanctions, les retrouvailles des familles séparées par la guerre de Corée ou encore l'organisation de pourparlers militaires ont été abordés.

D'après l'accord, la RPDC enverra sa délégation du Comité national olympique, des athlètes, des supporters, des équipes artistiques, des représentants de la presse et des équipes de démonstration de taekwondo, art martial traditionnel des deux pays.

Les Etats-Unis, qui comptent 28.500 soldats en Corée du Sud, héritage de la guerre de Corée, s'étaient dans un premier temps montrés sceptiques à l'égard de discussions intercoréennes. Dans ce contexte, la réouverture de discussions laisse entrevoir une éclaircie dans leurs relations tumultueuses. La semaine dernière, le téléphone rouge entre les deux voisins a été rétabli après près de deux ans de silence.

La Corée du Nord et la Corée du Sud ont décidé d'avoir des discussions dans le domaine de la défense, annonce un communiqué commun après une reprise du dialogue officiel entre les deux pays mardi après plus de deux ans d'interruption, et les tensions provoquées par les ambitions nucléaires de Pyongyang.

L'initiative de détente dans la péninsule coréenne a bel et bien été amorcée avec la rencontre de haut niveau entre le Nord et le Sud qui a eu lieu le 9 janvier, rencontre largement consacrée à la participation de Pyongyang aux Jeux olympiques de Pyeongchang, au Sud.

En raison des JO, les manoeuvres militaires régulièrement conduites par les Etats-Unis et la Corée du Sud ont été reportées.

De nombreux attentats, infiltrations et affrontements, la plupart provoqués par Pyongyang, ont menacé le cessez-le-feu. Pyongyang a jusqu'à présent renvoyé Séoul dans ses cordes s'agissant des familles, réclamant au préalable le rapatriement par le Sud de Nord-Coréens. À ce stade du processus, sérieusement enclenché, on peut dire que le président américain joue le jeu de la trêve olympique. Face à cette mécanique de paix olympique, jusqu'ici improbable, Donald Trump ne pouvait se présenter aux yeux du monde - et du Comité international olympique, qui fait tout pour assurer une participation nord-coréenne aux jeux - comme le fauteur de trouble qui allait dynamiter un processus inespéré jusqu'à présent.

Dernières nouvelles