L'ambassadeur américain convoqué après le tweet de Donald Trump — Pakistan

Donald Trump s'en est pris aux dirigeants iraniens et pakistanais dès le 1er janvier

Donald Trump s'en est pris aux dirigeants iraniens et pakistanais dès le 1er janvier

Et Pour cause, un tweet publié récemment par le président américain, Donald Trump sur son compte Twitter, a déclenché la crise avec Islamabad. Cette somme vient s'ajouter aux 350 millions promis et finalement refusés au Fonds de soutien à la coalition (CSF), la structure destinée à rembourser les dépenses engagées par le Pakistan en soutien à la lutte internationale contre le terrorisme.

Le Pakistan a convoqué l'ambassadeur des États-Unis à Islamabad, suite à un tweet adressé par le président des States, Donald Trump aux autorités pakistanaises. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, n'a pas directement commenté les propos du président américain mais a rendu hommage à Islamabad.

Le ministère pakistanais n'a pas souhaité faire de commentaire.

"Les Etats-Unis ont bêtement donné 33 milliards de dollars d'aide au Pakistan ces 15 dernières années, et ils ne nous ont rien donné en retour si ce n'est des mensonges et de la duplicité, prenant nos dirigeants pour des idiots".

La convocation s'est tenue après un tweet de Donald Trump, très dur, contre le Pakistan lundi.

L'administration Trump a indiqué au Congrès en août qu'elle examinait très sérieusement la possibilité de ne pas verser 255 millions de dollars d'aide, dont le versement a déjà été retardé. À ces accusations, Islamabad répond qu'il a lancé plusieurs opérations militaires contre les réseaux d'insurgés et que 17.000 Pakistanais sont morts depuis 2001 en combattant les islamistes radicaux ou dans des attentats.

Contrairement à ses prédécesseurs, Donald Trump n'est pas homme à cacher ses sentiments et ses idées derrière des politesses diplomatiques. "Il a tweeté contre nous et l'Iran pour des raisons de politique intérieure", a déclaré le chef de la diplomatie pakistanaise.

Fin décembre, Pékin, désormais actif diplomatiquement dans la région, avait accueilli un premier sommet tripartite contre la menace terroriste avec le Pakistan et l'Afghanistan. Selon lui, les Etats-Unis "ne prendront pas de mesure extrême" car ils ont besoin de l'aide logistique du Pakistan pour accéder à leurs troupes basées en Afghanistan.

Dernières nouvelles