Une délégation nord-coréenne ira aux JO d'hiver de Corée du Sud

Délégation nord-coréenne aux Jeux olympiques voisins

Une délégation nord-coréenne ira aux JO d'hiver de Corée du Sud

"De la même façon que les jeux Olympiques de 1988 avaient contribué à la fin de la Guerre froide, nous espérons sincèrement que les jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang amélioreront l'état actuel des choses sur la péninsule coréenne (.) et contribueront à la paix mondiale en réduisant les risques", a-t-il dit.

La Corée du Nord et la Corée du Sud ont repris mardi leur dialogue officiel interrompu depuis décembre 2015 et se sont mis d'accord sur des discussions dans le domaine de la défense, après des mois de tensions sur les programmes nucléaire et balistique de Pyongyang.

A un check-point menant à la DMZ, en fait l'une des frontières les plus militarisées du monde, un groupe de manifestants brandissait une pancarte leur souhaitant bonne chance. Cela a été rapporté samedi l'agence japonaise Kyodo et l'agence Reuters, citant le ministère de l'unification sud-coréen. C'est le vice-ministre sud-coréen des Sports, Roh Tae-Kang, qui l'a annoncé vendredi 12 janvier. Seuls deux athlètes nord-coréens se sont qualifiés.

On ne sait pas encore si les deux Corées feront une entrée commune lors des cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux, comme ce fut le cas à Sydney en 2000, à Athènes en 2004 et à Turin en 2006.

Antérieurement à cette date de Séoul proposait d'attribuer des négociations sur la participation de la délégation du Nord dans les Jeux. Ne pas oublier que la Corée du Nord serait riche en terres rares, Samsung doit déjà sourire, les hautes technologies aussi à l'idée d'un rapprochement possible.

"Nous connaissons tous la raison de la soudaine volonté nord-coréenne de participer aux jeux de Pyeongchang", écrit pourtant un éditorialiste du journal sud-coréen Chosun Ilbo. "Nous devons résoudre pacifiquement la question nucléaire nord-coréenne", a-t-il dit.

Les médias sud-coréens ont également laissé entendre que Pyongyang pourrait envoyer d'éminents représentants, dont la petite soeur de Kim Jong-un, Yo-Jong, haute dirigeante du parti unique au pouvoir. Cho Myoung-Gyon, lui, portait un badge aux couleurs sud-coréennes. Il participe aux discussions depuis 1990, y compris le dernier sommet Nord/Sud de 2007.

La partie nord-coréenne est dirigée par Ri Son-Gwon, le chef du Comité pour la réunification pacifique de la Corée. Séoul et Washington ont convenu de reporter après la compétition leurs manœuvres militaires communes.

Je ne vois pas en quoi cet article est nul, le titre et la photo semble plutot justes, la Corée du Sud, puissance économique, a besoin des autres pour ses produits, et notamment de la Chine, bref, la Corée du Sud ne peut s'aliéner totalement son grand voisin qui tient à bout de bras son semi-allier du nord, donc ne peut pas avoir de relations totalement mauvaise avec les frères du nord. Le président de l'instance internationale, Thomas Bach, dirigera les discussions.

Dernières nouvelles