"Des centaines" de parents portent plainte contre Lactalis — Lait contaminé

Lactalis devra reprendre tous les lots de lait infantile produits dans son usine de Craon

"Des centaines" de parents portent plainte contre Lactalis — Lait contaminé

"Afin de mettre fin à l'inquiétude des familles et d'éviter que ce scandale ne vienne éprouver la " réputation " d'une filière laitière française déjà en crise, Bruno Le Maire a " demandé à M. Besnier, le président de Lactalis, de faire preuve de davantage de transparence ".

En dépit de l'appel que lui a lancé le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, ce matin sur RTL, à venir s'exprimer publiquement, le patron du leader mondial du lait est arrivé à Bercy par une entrée dérobée, évitant soigneusement les caméras. "Le président de Lactalis communiquera publiquement sur les causes de la contamination dès qu'elles seront établies", a toutefois assuré Bruno Le Maire.

"L'urgence, c'est la sécurité sanitaire et la meilleure des garanties pour la sécurité sanitaire c'est de dire que plus une seule boîte fabriquée sur le site de Craon ne doit être en circulation sur les circuits de consommation", a-t-il ajouté.

L'article dans Eurosurveillance, cosigné par 16 scientifiques de Pasteur et Santé publique France, précise que le lait contaminé de l'usine Lactalis a été exporté "dans 66 pays, dont 12 de l'Union européenne". "Des centaines d'autres familles ont d'ores et déjà porté plainte à travers la France", a indiqué vendredi le président de l'Association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles, Quentin Guillemain, lors d'une conférence de presse à Paris. Le patron des centres Leclerc, Michel-Édouard Leclerc, a estimé, jeudi, qu'il y avait eu une "défaillance systémique et pas seulement sectorielle", épinglant au passage "des services de l'État ".

Le ministère de la Santé a rappelé vendredi que tous ces produits présentaient des risques et qu'ils étaient interdits de vente. C'est ensuite le rappel des lots de lait infantile en trois étapes en décembre qui a semé la zizanie.

Faute d'accord avec Lactalis, le ministre de l'Économie a expliqué avoir dû signer lui-même le 9 décembre un arrêté demandant la suspension de la commercialisation des laits infantiles et le rappel de quelque 600 lots, soit 11 000 tonnes.

Interrogé par France 2 sur ce témoignage, le porte-parole du groupe Lactalis affirme "ne pas comprendre ce type d'affirmations", rappelant qu'il existe des "contrôles réguliers en terme d'hygiène" et des "procédures strictes" sur les sites de production. Parmi eux 18 ont été hospitalisés, "tous sont sortis de l'hôpital" et tous vont "bien", d'après Santé publique France.

Dernières nouvelles