L'anxiété serait l'un des premiers signes de la maladie d'Alzheimer

Alzheimer: détection précoce par un simple fond de l'œil

Alzheimer : l'anxiété serait l'un des premiers signes de la maladie

Elle se déclencherait en effet des années avant que la déficience cognitive ne se manifeste.

L'étude a montré que les personnes âgées qui développaient une anxiété avec l'âge avaient des taux d'amyloïde-bêta plus élevés que les autres.

La maladie d'Alzheimer est, depuis sa découverte et sa large médiatisation, fortement redoutée, vu les conséquences auxquelles elle expose les individus.

"Nous pensons que l'anxiété et d'autres symptômes tels que les changements cognitifs subjectifs peuvent aider à identifier les personnes qui sont au début de la maladie d'Alzheimer", a déclaré le Dr Nancy Donovan, psychiatre gériatrique à l'hôpital Brigham and Women's de Boston (Etats-Unis) et auteur d'une étude sur le sujet. Mais à la lumière des révélations de Nancy Donovan, elle pourrait également être impliquée dans la phase pré-clinique de la maladie, potentiellement jusqu'à 10 ans avant le diagnostic de déclin de la mémoire.

Cette découverte serait-elle la piste qui détecte la maladie avant l'émergence de ses symptômes les plus connus? Pour ce faire, ils ont utilisé les données de l'Harvard Ageing Brain Study.

Pour ce faire, les scientifiques ont recruté 270 hommes et femmes âgés entre 62 et 90 ans, chez lesquels les dépôts de protéine Bêta amyloïde ont été recherchés, par le biais de l'imagerie fonctionnelle.

Les spécialistes ont alors constaté que les niveaux plus élevés de plaques étaient associés à un niveau plus élevé d'anxiété. Depuis lors, la recherche s'est penchée sur la mise en évidence d'un moyen permettant de dépister la maladie précocement.

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans The American Journal of Psychiatry.

À ce stade, les chercheurs reconnaissent que nous ne savons toujours pas comment cette association entre l'anxiété et le bêta-amyloïde survient - et il convient de souligner que d'autres analyses de ce type seront nécessaires pour vérifier si les participants manifestent une anxiété croissante avant de développer la maladie d'Alzheimer. Selon eux, l'anxiété pourrait être un signe avant-coureur de la maladie d'Alzheimer .

Dernières nouvelles