À 24 ans, on est encore un ado selon une étude britannique

Cancer colorectal

L'adolescence dure jusqu'à... 24 ans

La moitié des filles ont leurs règles à l'âge de 12, 13 ans de nos jours. C'est la surprenante conclusion faite par des scientifiques britanniques et publiée dans la revue The Lancet and Adolescent Health, qui ajoute même que ce moment, souvent difficile à bien des égards, de la vie débuterait à 10 ans. Pour appuyer leurs propos, les chercheurs s'appuient sur deux constats. D'abord, la puberté serait de plus en plus précoce.

On considère que la puberté commence lorsque la partie du cerveau connue sous le nom d'hypothalamus se met à libérer une hormone qui elle-même active les glandes hypophysaires et gonadiques du corps. Ce changement s'explique, selon eux, par un meilleur niveau de vie et une nutrition plus importante dans les pays développés. L'étude explique que le cerveau continue d'évoluer au-delà de l'âge de 20 ans. En Angleterre et au Pays de Galles, il était de 32,5 ans pour les hommes et de 30,6 ans pour les femmes en 2013. "Bien que de nombreux privilèges juridiques commencent à 18 ans, les responsabilités de l'âge adulte arrivent généralement plus tard", note Susan Sawyer, l'auteure principale de l'étude, qui souligne l'importance "de reconnaître cette évolution". Pour elle, le fait que les jeunes se marient plus tard, et par conséquent deviennent parents plus tard, quittent leur domicile familial plus tard et soient indépendants économiquement à un âge plus avancé, signifient que la "semi-dépendance" qui caractérise l'adolescence est étendue.

D'ailleurs, certains services ont déjà été mis en place en France. Ou encore les dents de sagesse que certains n'ont qu'à 25 ans.

Pour la chercheuse, il n'y a pas de doute: "Les définitions de l'âge sont toujours arbitraires".

Des chercheurs britanniques estiment que nos habitudes en matière d'études et d'entrée dans la vie adulte auraient modifié la durée de l'adolescence, passant de la tranche de 10-19 ans à celle de 10-24 ans. "Notre définition actuelle de l'adolescence est trop restreinte", regrette-t-elle. D'autres experts, indique la BBC, craignent toutefois un risque d'infantilisation des jeunes.

Dernières nouvelles