Madrid défend son recours à la justice pour bloquer Puigdemont

Madrid défend son recours à la justice pour bloquer Puigdemont

Madrid défend son recours à la justice pour bloquer Puigdemont

En dépit de l'avis du Conseil d'Etat qui ne voyait pas matière à faire appel de la candidature de Carles Puigdemont, Madrid est passé à l'offensive ce vendredi, comme l'a confirmé Soraya Sáenz de Santamaría, en conférence de presse.

Le Parlement catalan, où les indépendantistes ont conservé une courte majorité absolue à l'issue des élections du 21 décembre, l'a néanmoins désigné comme seul candidat pour la présidence de la Généralité.

Ce dernier s'est exilé en Belgique pour échapper aux poursuites et affirme pouvoir se faire élire à distance.

Le parlement catalan se prononcera mardi dès 15h sur le choix du nouveau président de la région.

Le gouvernement espagnol a déposé vendredi un recours devant la Cour constitutionnelle pour empêcher l'investiture d'un candidat qui ne serait pas présent au parlement, sans tenir compte de l'avis défavorable du Conseil d'État.

Le président du parlement, Roger Torrent, a annoncé qu'il maintenait la désignation de M. Puigdemont comme candidat en attendant la décision de la Cour constitutionnelle.

"Il y a un mandat d'arrêt contre M. Puigdemont, donc la première chose qu'il doit faire (s'il revient) en Espagne c'est de se mettre à la disposition de la justice", a expliqué la vice-présidente du gouvernement. Et d'ajouter: "face à la volonté sincère de dialogue, le gouvernement continue de répondre par la seule langue qu'ils semblent comprendre, c'est à dire, la judiciarisation de la politique".

Dernières nouvelles