Russie : irruption de la police chez Navalny

Le leader de l’opposition russe Alexeï Navalny quitte la Cour européenne des droits de l’homme le 24 janvier 2018

Le leader de l’opposition russe Alexeï Navalny quitte la Cour européenne des droits de l’homme le 24 janvier 2018

Cela n'a aucune importance (...). Les policiers avaient auparavant voulu l'arrêter dans son appartement, mais il ne s'y trouvait pas.

Alexeï Navalny a lancé ces derniers jours des appels aux électeurs à boycotter l'élection présidentielle prévue le 18 mars prochain, la qualifiant de "pseudo-élection" truquée.

Déclaré inéligible en raison d'une condamnation pénale qu'il estime avoir été orchestrée par le pouvoir, l'opposant numéro un au Kremlin ne peut pas participer à l'élection.

Plusieurs milliers de manifestants pro-Navalny se sont également réunis, selon l'AFP, dans des villes de province, dont Nijni-Novgorod, Tcheboksary, Tomsk ou encore Saint-Pétersbourg.

"Dans cette situation où tout est interdit, la chose la plus importante que chacun puisse faire, c'est de venir manifester pacifiquement dimanche", a assuré le charismatique blogueur anti-corruption dans une vidéo diffusée vendredi.

L'opposant numéro un au président russe Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, a été interpellé dimanche 28 janvier 2018 par la police, alors qu'il allait rejoindre plusieurs centaines de ses partisans, rassemblés sur la rue Tverskaïa, la principale artère du centre de Moscou.

Un peu avant 10 heures, la police est entrée de force dans ses bureaux à Moscou, interrompant une retransmission en direct de manifestations dans l'est du pays, a affirmé l'équipe d'Alexei Navalny sur les réseaux sociaux.

Alexeï Navalny, 41 ans, a gagné une fidèle base de soutiens, parmi lesquels de très jeunes Russes, et ce, malgré les entraves des autorités.

Dernières nouvelles