Obligation vaccinale : de nouvelles propositions pour renforcer la confiance des Français

La Cour des comptes recommande une politique vaccinale plus ambitieuse

La Cour des comptes recommande une politique vaccinale plus ambitieuse

Elle rappelle d'ailleurs que selon un sondage réalisé en 2016, si le vaccin DTP (diphtérie-tétanos-polio) cessait d'être obligatoire, 13 % des Français le refuseraient, avec des renoncements plus importants chez les jeunes parents.

1 - généraliser le carnet de vaccination électronique, car les outils actuels tels que le carnet de santé ne permettent pas de connaître et de suivre le statut vaccinal des personnes.

La Cour des comptes plaide également pour que les professionnels de santé comme les infirmiers et les pharmaciens aient la possibilité de vacciner.

3 - rétablir l'obligation vaccinale contre la grippe des professionnels de santé.

Enfin, elle insiste sur la nécessité "d'une présence plus forte et plus réactive sur les réseaux sociaux". Le but: lutter contre un "climat anxiogène sur la vaccination" dû aux "rumeurs et polémiques (.) amplifiées par les médias sociaux et souvent accompagnées d'un discours +complotiste+". Dans son rapport public annuel, les Sages ne distribuent pas que des bons points en matière de politique vaccinale.

"Les plans successifs visant à relancer la politique vaccinale n'ont débouché que sur des mesures partielles, mal coordonnées, insuffisantes pour renforcer suffisamment l'adhésion vaccinale", estime-t-elle.

Les vaccins obligatoires sont pris en charge à 65% par l'assurance maladie (sauf l'un d'eux, le ROR, pris en charge à 100% pour les mineurs).

Dernières nouvelles