Al-Khelaifi charge l'arbitrage de Real-PSG (3-1): "Ça suffit maintenant!"

Nasser Al-Khelaïfi président du PSG sur l'arbitrage:

Marco Verratti discute vertement avec l'arbitre de la rencontre Gianluca Rocchi.@ CHRISTOPHE SIMON AFP

Je ne dis pas qu'on a perdu à cause de l'arbitre.

Nasser Al-Khelaïfi très remonté: L'arbitrage ça suffit maintenant. "On peut aussi parler de l'arbitre, deux cartons jaunes ce ne sont pas des cartons jaunes et le hors-jeu de Mbappé ce n'est pas un hors-jeu". Je pense spécialement au carton jaune d'Adrien Rabiot, ce n'est pas un carton jaune, c'est sûr. L'année, contre Barcelone, il y a déjà eu l'histoire de l'arbitre. "OK, le Real Madrid, c'est une grande équipe, mais ça suffit maintenant, l'UEFA doit faire quelque chose", a clamé le boss du PSG. Si on l'avait fait, le match aurait totalement changé. C'est pas bien pour le foot et on va faire appel. Sur la même ligne que son président, l'entraîneur du PSG, Unai Emery, a lui aussi critiqué l'arbitrage mercredi soir. "Les petites décisions, qui peuvent être grandes à la fin, ont toujours été pour eux", a déploré le technicien espagnol. On a encore beaucoup de chances de se qualifier. Il a fait trois grandes fautes pour moi. "L'arbitre a été plus (en faveur) du Real que de nous". Après la partie, la frustration était énorme dans les rangs parisiens, notamment à cause d'un homme: l'arbitre Gianluca Rocchi.

De son côté, le milieu italien Marco Verratti a tempéré les propos de son président: " Ça n'a pas été des erreurs très, très claires, mais je pense que sur les petits détails, les choses vont toujours dans leur sens, comme sur le carton d'Adri'.

Le Paris Saint-Germain a connu une grosse déception sur la pelouse du Real Madrid (1-3) ce mercredi lors du match aller des 8es de finale de la Ligue des Champions. Une manière de préparer le terrain et d'accentuer la pression sur l'arbitre de la manche retour le 6 mars prochain au Parc des Princes.

Dernières nouvelles