La croissance économique a atteint 2,2% en 2017 — Algérie

La banque d'Algérie se lance les traces des mouvements des capitaux

Banque d'Algérie: lancement prochain d'une opération de modifications techniques de billets de banque

Cette nouvelle instruction est conçue pour dans le sens du renforcement de l'efficacité de la loi en vigueur relative à la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme qui aura de ce fait une plus large application. M. Loukal considère, en effet, que la nécessité de contacts directs, notamment en contexte de persistance du choc externe, "est plus que jamais de mise, pour permettre un enrichissement partagé et bénéfique sur les moyens à mettre en œuvre dans la recherche permanente de la stabilité de la place bancaire et financière". Dans cette optique, M. Loukal relève l'impératif de voir les banques commerciales ériger au rang de "priorité" la collecte de ces ressources "considérables" circulant hors les banques. M. Loukal soutient qu'elle n'est pas d'origine monétaire, la masse monétaire ne s'étant accrue que très légèrement.

Les importations ont de leur côté poursuivi leur baisse passant à 48,7 mds USD en 2017 contre 49,7 mds USD en 2016.

En octobre dernier, le ministre algérien des Finances, Abderrahmane Raouya, avait indiqué que les réserves de change devraient s'établir à 85,2 milliards de dollars à la fin de 2018, à 79,7 milliards en 2019 avant d'atteindre 76,2 milliards en 2020. Une baisse, soutient-il, qui risque de ne pas être sans conséquences quant à la capacité de "faire face aux chocs externes". Par ailleurs, l'économie algérienne a réalisé une croissance de 2,2% l'année dernière.

Le déficit global de la balance des paiements a été quant à lui de 23,3 milliards de dollars (mds USD) en 2017 contre 26,3 mds USD en 2016.

"Nous avons fait face à ces pressions à travers deux réformes substantielles lancée à partir de 2016 jusqu'à fin 2017, des réformes qui nous ont permis de réaliser un excellent résultat en préservant la stabilité de la valeur du dinar". Même tempo pour les exportations hors hydrocarbures.

"Nous avons enregistré une croissance économique de 2,2% en 2017 en dépit d'un fort recul de la cadence de croissance des hydrocarbures", a précisé M. Loukal lors d'une séance plénière à l'APN présidée par Said Bouhadja, président de l'Assemblée, consacrée à la présentation du rapport des évolutions financières et monétaires en 2016 et en 2017, rapporte l'agence officielle.

Dernières nouvelles