Le premier ministre a présenté sa démission — Ethiopie

Tuerie de Floride: Nikolas Cruz un

Tuerie de Floride: Nikolas Cruz un"déséquilibré armé jusqu'aux dents En savoir plus

Ce jeudi, le Premier ministre au pouvoir depuis 2012, Hailemariam Desalegn, a présenté sa démission.

Le premier ministre a déploré dans une allocution télévisée "les troubles et la crise politique [qui] ont causé des morts et provoqué des déplacements de population ".

En poste depuis 2012, Hailemariam Desalegn avait été adoubé dès 2010 comme le successeur de Meles Zenawi, l'ancien rebelle marxiste qui a régné jusqu'à sa mort sur l'Ethiopie. Depuis le début de l'année, les digues avaient commencé à sauter: à la surprise générale, plus de 6 000 prisonniers politiques ont été relâchés en quelques semaines, dont des opposants politiques et des journalistes accusés par le gouvernement d'encourager les manifestations qui ébranlent le plus grand pays d'Afrique de l'Est depuis 2015.

Veuillez vous connecter pour lire l'intégralité.

Mais à peine l'état d'urgence levé, en août 2017, de nouvelles violences ont éclaté.

Ces derniers mois, les conflits politiques internes entre quatre partenaires de la coalition de l'EPRDF, à savoir le Front populaire de libération du Tigré, le Mouvement démocratique national de l'Amhara, le Mouvement démocratique des peuples du sud de l'Ethiopie et l'Organisation démocratique des peuples oromos (OPDO), ont semé l'inquiétude quant à la stabilité de ce pays de 100 millions d'habitants.

Ces remises en liberté, ainsi que des discussions en cours avec certains partis d'opposition et la récente promesse de réformes, s'inscrivent dans un contexte difficile pour la coalition au pouvoir, au sein de laquelle des fractures sont apparues dernièrement.

Dernières nouvelles