Nestlé refuse un nouveau pacte avec les Bettencourt — L'Oréal

Jean-Paul Agon le Pdg de L'Oréal- AFP

Jean-Paul Agon le Pdg de L'Oréal- AFP

À l'occasion de la publication de ses résultats annuels ce jeudi, le géant suisse de l'agroalimentaire a tranché: il ne renouvellera pas le pacte d'actionnaire noué avec la famille héritière de L'Oréal.

"La croissance organique de nos ventes en 2017 s'est située dans la fourchette de nos prévisions, mais en dessous de nos attentes", a reconnu Ulf Mark Schneider, son directeur général, cité dans le communiqué.

"Nous n'avons pas l'intention d'augmenter notre participation dans L'Oréal et nous nous engageons à poursuivre notre relation constructive avec la famille Bettencourt", a-t-il précisé.

Récemment le groupe français avait laissé entendre qu'il était intéressé par la reprise des actions de Nestlé, si le groupe suisse décidait de les céder.

C'est aussi une réponse à Jean-Paul Agon, le PDG du groupe français qui a déclaré il y a quelques jours que L'Oréal a largement les moyens de financer l'achat des actions détenues par Nestlé (un investissement d'environ 23 milliards d'euros) si le suisse souhaitait vendre sa participation. Pour 2018, Nestlé prévoit une croissance organique des ventes de 2% à 4%, une amélioration de la marge opérationnelle courante, et des coûts de restructuration d'un montant de 700 millions de francs suisses.

L'Oréal reste toutefois un investissement important pour Nestlé.

Sur le seul quatrième trimestre, la croissance organique a été de 1,9%, bien inférieure là encore au consensus de 2,85%. Afin de maintenir toutes les options ouvertes dans l'intérêt des actionnaires de Nestlé, le conseil d'administration a décidé de ne pas renouveler cet accord.

Son chiffre d'affaires a augmenté de 0,4% sur un an, à 89,8 milliards de francs suisses.

Le bénéfice net a chuté de 16% à 7,2 milliards de francs, en net retrait par rapport aux 9,6 milliards attendus, affecté par une dépréciation de la filiale Nestlé Skin Health du groupe, qui n'a pas voulu dire s'il restait engagé dans cette activité. "Mais ces résultats ne vont pas dans ce sens", écrit RBC Capital Markets.

Dernières nouvelles