Formation professionnelle : Muriel Pénicaud promet un "big bang" du système

Charles Platiau  Reuters                       Dernière chance pour syndicats et patronat de trouver un accord sur l'assurance chômage ce 22 février 2018

Charles Platiau Reuters Dernière chance pour syndicats et patronat de trouver un accord sur l'assurance chômage ce 22 février 2018

Ils avaient été échaudés par des propos de la ministre, quelques heures plus tôt, qui avait prévenu, avant même qu'un autre accord sur la formation professionnelle ne soit finalisé, qu'elle ne le reprendrait pas en intégralité.

Ils ont également enrichi le CPF en heures: 35 heures par an, au lieu de 24, de quoi "afficher" que les salariés auront l'équivalent en formation d'une semaine de travail par an.

L'accord met fin au x listes de formations éligibles au CPF, simplifiant ainsi l'accès aux formations. Il bénéficiera d'un congé spécifique accordé par l'employeur.

Après avoir veillé jusqu'au bout de la nuit pour régler les derniers détails sur la formation, les partenaires sociaux se retrouvent en début d'après-midi pour une dernière séance sur l'assurance-chômage. Aujourd'hui, bénéficier d'une formation est "un parcours du combattant", a-t-elle souligné, mettant en évidence la nécessité de simplifier "l'architecture du système".

Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, a salué cet accord comme étant "un vrai progrès" pour les droits des salariés à la formation. "C'est un big bang dont le pays a besoin".

Sur le fond, l'accord trouvé jeudi est "équilibré", mais "a minima", a estimé Michel Beaugas, résumant une opinion partagée par l'ensemble des syndicats à l'exception de la CGT, qui a fait part, par la voix de Denis Gravouil, de son "appréciation assez négative" du texte.

L'UNSA regrette, en matière de modernisation du dialogue social, que le plan de formation, qui devient " le plan d'adaptation et de développement des compétences", ne puisse pas être négocié dans l'entreprise par les organisations syndicales.

Ce projet d'accord sera ensuite soumis aux instances de chaque organisation, qui se prononceront dans les semaines qui viennent.

PARIS, 22 février (Reuters) - Les partenaires sociaux sont parvenus jeudi à un projet d'accord sur la réforme de l'assurance chômage qui intègre certains démissionnaires au régime et limite le recours aux contrats courts, a déclaré la CFDT.

Après les ordonnances Travail apportant de la " flexibilité " aux entreprises, c'est le volet " sécurité " pour les salariés qui est désormais attendu: l'UNSA le jugera à travers la globalité des dispositions que le gouvernement retiendra des négociations concernant la formation professionnelle, l'apprentissage, l'assurance chômage.

Dernières nouvelles