Spotify va entrer en bourse, et espère peser 1 milliard $

Daniel Ek CEO de Spotify. Crédits: Spotify

Daniel Ek CEO de Spotify. Crédits: Spotify

Toutefois, la société annonce fièrement 71 millions d'utilisateurs payants -contre 36 millions pour Apple Music- et 159 millions d'utilisateurs mensuels actifs, autant d'éléments qui devraient pondérer dans un sens ou dans l'autre le montant de sa valorisation.

Tout d'abord, cette forme inhabituelle d'entrée en Bourse, réservée jusqu'ici à de petites sociétés qui n'attendaient pas des volumes d'échanges importants, n'obligerait pas Spotify à lever des fonds, en s'appuyant sur ses propres liquidités. L'occasion de faire le point sur la musique à la demande.

Quoi qu'il en soit, le document de 200 pages fourni au gendarme de la Bourse américaine permet de tirer quelques enseignements intéressants sur le service et sur ses concurrents.

Spotify revendique une part de marché de 41%, 42% et 59% aux Etats-Unis, au Brésil et au Royaume-Uni, ses trois principaux marchés. Cela sera-t-il suffisant, alors que Google (propriétaire de Youtube) et Apple tentent de conquérir les foyers avec leur enceinte connectée (Google Home et HomePod)?

Spotify pense aussi que ses abonnements Famille et Etudiant, qui proposent un abonnement multi-comptes pour les familles et des prix réduits pour les étudiants, causeront une baisse du nombre d'annulations. C'est même ce segment qui a permis en 2017 au marché français de la musique de confirmer la croissance retrouvée en 2016, une première depuis 15 ans selon le SNEP. Les utilisateurs de l'offre gratuite, financée par la publicité, ne rapportent presque rien. La plateforme suédoise a ainsi réalisé un chiffre d'affaires de 4,09 milliards d'euros en 2017, contre 2,95 milliards d'euros un an plus tôt. Ses principales dépenses sont les droits d'auteur versés aux maisons de disque.

Au 31 décembre 2017 et depuis son lancement, Spotify indique avoir versé plus de 8 milliards d'euros en royalties aux artistes, labels musicaux et éditeurs. Les listes "Découvertes de la semaine", "Radar des sorties", "Daily Mix" ou les rétrospectives représentent à elles seules 31 % du temps d'écoute. Reste à savoir si Spotify profite à l'industrie musicale. Sur ce point, l'entreprise souligne qu'après plus d'une décennie de déclin, le marché mondial de la musique enregistrée a retrouvé la croissance en 2015, alors que la musique à la demande prenait de l'ampleur.

Dernières nouvelles