Le parquet de Marseille ouvre une information judiciaire — Levothyrox

Une information judiciaire a été ouverte à Marseille dans le cadre du dossier du Levothyrox et des effets secondaires de la nouvelle formule de ce médicament pour les malades de la thyroïde

Au total au 30 novembre quelque 17.000 patients soit 0,75% des patients concernés s'étaient plaints d'effets indésirables

Un juge d'instruction a été désigné à Marseille pour enquêter sur les plaintes de ces milliers de malades de la thyroïde victimes d'effets secondaires de la nouvelle formule du médicament. Dans le cadre de cette affaire, la compétence du TGI de Marseille s'étend jusqu'à Lyon, siège social du laboratoire allemand Merck qui produit ce médicament. La nouvelle formule de Levothyrox a commencé à être commercialisée sur le marché fin mars 2017.

Une enquête préliminaire avait été ouverte en septembre pour tromperie aggravée, atteintes involontaires à l'intégrité physique et mise en danger d'autrui et a été menée par l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique.

L'enquête a porté sur plus de 12.000 déclarations aux Centres régionaux de Pharmacovigilance (CRPV) d'effets indésirables après la prise de la nouvelle formule.

"7.000 plaintes, c'est colossal", a commenté Me David-Olivier Kaminski, l'avocat de 200 plaignants, en évoquant de "possibles futures mises en examen". L'agence n'établit aucun lien de cause à effet avec le médicament.

Les effets indésirables ressentis par les utilisateurs du Levothyrox nouvelle formule -fatigue, maux de tête, insomnie, vertiges, douleurs articulaires et musculaires et chute de cheveux- sont identiques à ceux déjà subis par certains patients avec l'ancienne formule du médicament, avait précisé le rapport de pharmacovigilance.

L'agence a cependant relevé que la fréquence des signalements était "totalement inattendue" et ajouté que le portail de signalement et les réseaux sociaux pourraient avoir eu un "effet amplificateur".

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait réitéré sa confiance dans le produit le 5 décembre dernier.

Une nouvelle étape dans le volet pénal du dossier Levothyrox.

Dernières nouvelles