Ford n'envisage aucun futur au-delà de 2019 — Blanquefort

France Ford confirme son désengagement à Blanquefort

Ford ne veut toujours pas garder Blanquefort

La direction de Ford France estime que les projections actuelles de production sont "saines jusqu'au cours de 2019".

Cela devrait permettre la poursuite de l'activité et des emplois associés jusqu'alors, "bien que cela dépende de la demande du marché", ajoute le communiqué. Il exclut de fait tout autre scénario, en particulier celui du maintien d'une quelconque activité Ford sur le site.

Dans un communiqué Ford confirme aussi son engagement à oeuvrer pour rechercher un repreneur intéressé par le site: "nous reviendrons vers le comité d'entreprise de FAI le 15 mars pour confirmer la composition de l'équipe dédiée à l'identification d'un potentiel repreneur".

LIRE AUSSI Usine Ford à Blanquefort: maintenir l'activité jusqu'en 2019, et après?

"Ford, sauver tous les emplois c'est possible", proclamait la banderole de tête derrière laquelle défilaient côte à côte élus locaux ceints de leur écharpe tricolore et représentants des syndicats du site de production de boîtes de transmission, qui emploie 910 personnes et où était organisée vendredi une journée "usine morte".

Ford confirme qu'il envisage pour Blanquefort l'hypothèse d'un repreneur "intéressé et engagé à proposer une solution viable et pérenne".

Ce refus de la "fatalité d'un retrait" de Ford a mobilisé un millier de manifestants, salariés Ford, élus locaux, habitants de Blanquefort mêlés, à travers le centre de Bordeaux.

La manifestation de quelque 400 salariés dans les rues de Bordeaux ce vendredi n'a pas permis de changer la donne. Philippe Poutou, salarié et syndicaliste du site, n'y croit pas du tout. Vendredi, le constructeur automobile a annoncé qu'au-delà de cette échéance, le site de Gironde ne permettra plus " aucune opportunité de production Ford ".

"Après avoir été reçus le 1er mars au ministère de l'Économie par Bruno Le Maire, élus et syndicats sont d'accord avec le gouvernement pour faire pression sur le constructeur américain afin qu'il ne ferme pas le site girondin".

Dernières nouvelles