Coucher de soleil au Taj Mahal pour Macron en Inde

Emmanuel Macron arrive en Inde pour une visite d'Etat

Quand Emmanuel Macron s'agace très franchement face à la question d'une journaliste sur sa vie "privée"

"Soyez vous-même!", mais aussi "vous avez tous quelque chose à inventer", ou encore "vous allez apprendre toute votre vie": Emmanuel Macron a donné ses recettes pour réussir dans la vie à 300 étudiants indiens qu'il a rencontrés samedi 10 mars.

Le président guinén Alpha Condé et aussi président de l'Initiative Africaine pour les Énergies Renouvelables n'a pas pris part au premier sommet de l'Alliance solaire internationale (ASI) organisé le 11 mars à New Dehli, en Inde. En fin de journée (photo ci-contre), le président français s'est offert avec son épouse Brigitte, une escapade au Taj Mahal, lieu incontournable pour les dignitaires étrangers en déplacement en Inde.

Ils ont évoqué le délicat projet de construction d'une centrale nucléaire de six réacteurs de type EPR par le groupe français EDF à Jaitapur, sur la côte sud-ouest de l'Inde. "Ça ne s'arrêtera ni demain, ni après-demain, ni dans les trois prochains mois", a-t-il précisé.

La venue d'Emmanuel Macron pour ouvrir le salon du livre de Paris n'est pas vraiment une surprise, puisque son prédécesseur François Hollande avait déjà ancré cette habitude dans l'agenda présidentiel. Et plus particulièrement les 121 pays situés entre les tropiques du Cancer et du Capricorne, bénéficiant d'un fort ensoleillement et dont les infrastructures sont pourtant peu développées.

Une foule multicolore a accompagné sa courte croisière en début d'après-midi sur ce fleuve sacré de l'hindouisme, une excursion orchestrée par le Premier ministre indien Narendra Modi qui l'a accompagné sur un bateau fleuri d'œillets oranges. Au total, l'ASI, née en marge de la COP21, compte mobiliser 1000 milliards de dollars pour financer des projets dans l'énergie solaire, avec l'objectif d'installer 1 TW (térawatt) à l'horizon 2030.

Le géant démographique d'Asie du Sud, troisième pollueur de la planète, veut en effet multiplier sa production solaire par 25 en sept ans, pour la porter à 100 gigawatts (GW) en 2022. Une controverse qui s'inscrit dans une remise en cause plus générale ces temps-ci en Inde de l'héritage musulman du pays.

Dernières nouvelles