Bielsa a détruit le LOSC, Seydoux accuse — LOSC

Les joueurs lillois ont été pris à partie

Les joueurs lillois ont été pris à partie

À domicile, ils ont été tenus en échec par Montpellier (1-1). Le football français est en émoi. Cette instruction dure généralement environ trois semaines. "Si on laisse faire, un jour un joueur ou un entraîneur sera lynché. Il faut que ce soit sanctionné sévèrement", a commenté Bixente Lizarazu, champion du monde 1998, devenu consultant, dimanche matin sur Téléfoot.

Michel Seydoux n'hésite pas du reste à associer Marcelo Bielsa à ce chaos, dédouanant de fait son successeur, pris pour cible par les supporters lillois. "Les supporters du Losc ne sont pas tous comme ça". Le stade Pierre-Mauroy de Lille risque d'être suspendu à titre conservatoire pendant cette instruction. "Frapper fort, agir vite et ensemble", a réclamé, dimanche, l'UNFP, syndicat des joueurs professionnels. L'union sacrée ce n'est pas la démolition sacrée et c'est une sacrée démolition. Sans doute le décalage entre les ambitions et la réalité. Pas tendre à l'égard de Gérard Lopez, le président nordiste a surtout égratigné Marcelo Bielsa, l'ancien coach des Dogues qu'il accuse d'avoir " détruit le club ". " Aujourd'hui je suis admiratif du travail de Christophe Galtier qui fait tout ce qu'il peut pour sauver le club ".

Les soucis sont aussi extra-sportifs.

Ce dernier, pas convaincu par les arguments lillois, prononce en décembre une interdiction de recruter qui tombe très mal puisque le Losc comptait sur le mercato d'hiver pour renforcer un effectif limité et en manque cruel d'expérience.

La commission de discipline de la Ligue se réunit traditionnellement le jeudi et procède toujours de la même façon dans les affaires sensibles, en débutant par la mise en instruction du dossier.

Président de Lille pendant 15 ans, Seydoux n'a pas reconnu son club samedi.

Licencié pour faute grave mi-décembre, Bielsa ne tarde pas à contre-attaquer et traîne devant les tribunaux le Losc, qui évoque un "harcèlement procédural". "El Loco" et ses conseils, qui espéraient que le Losc soit déclaré en cessation de paiement, ce qui aurait ouvert une procédure de redressement judiciaire, ont été déboutés de toutes leurs demandes.

Dernières nouvelles