Des centaines de civils fuient la ville d'Afrine face aux forces turques

Erdogan: l'armée turque peut entrer dans la ville d'Afrine «à tout moment»

L'armée turque aux portes de la ville d'Afrin, selon Erdogan

Les forces turques et leurs alliés rebelles syriens n'étaient qu'à 4 km au nord-est d'Afrine, ville sous contrôle des Kurdes située dans le nord de la Syrie, a rapporté samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), un réseau d'observateurs basé à Londres.

Cette porte de sortie est désormais la seule échappatoire pour les quelques 350.000 habitants d'Afrine, les forces turques étant positionnées partout ailleurs autour de la ville, à moins de deux kilomètres.

"Les forces turques ne sont plus qu'à 4 km d'Afrine, dans un secteur au nord-est de la ville où ont lieu de violents combats et de bombardements aériens et à l'artillerie", a déclaré samedi le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Lundi, l'OSDH a fait état de violents combats à la périphérie de la ville d'Afrine, alors que des rebelles pro-Ankara s'emparaient de plusieurs villages.

L'offensive turque a coûté la vie à plus de 200 civils, selon l'Observatoire.

L'offensive turque a renforcé les tensions entre Ankara et Washington: si la Turquie considère les YPG comme un groupe "terroriste", les Etats-Unis soutiennent ces combattants kurdes qu'ils considèrent comme le meilleur rempart en Syrie contre le groupe Etat islamique (EI). L'OSDH avance également que plus de 370 combattants kurdes ont été tués, ainsi que 340 membres des forces proturques. Selon l'état-major turc, 42 soldats turcs ont été tués.

Les observateurs estiment qu'un assaut sur Afrine pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les milliers de civils qui s'y trouvent encore. Les combattants kurdes ont d'ailleurs annoncé cette semaine le redéploiement de 1700 des leurs dans la région d'Afrine. Selon un photographe collaborant avec l'AFP, des dizaines de voitures et de camions transportant des civils et leurs biens attendaient lundi après-midi l'autorisation des forces kurdes pour partir en direction des localités adjacentes de Nobol et Zahraa, sous le contrôle du régime syrien.

Une fois Afrine " nettoyée des terroristes, nous nettoierons aussi Minbej, Aïn al-Arab (nom arabe de Kobané, ndlr), Tal Abyad, Ras al-Aïn et Qamichli", a déclaré le président turc dans un discours télévisé prononcé à Mersin, dans le sud de la Turquie.

L'offensive déclenchée il y a trois semaines contre le dernier bastion rebelle proche de la capitale syrienne a permis au régime de reprendre environ la moitié de la Ghouta, au prix de 975 morts, d'après le décompte effectué par l'OSDH.

Dernières nouvelles