Nicolas Hulot "ne pardonnera jamais" Ebdo, "ce n'est pas du journalisme" — Vidéo

Nicolas Hulot a été

Nicolas Hulot a été"profondément affecté par l'affaire. - AFP

"Je ne pardonnerai jamais" a déclaré ce mardi Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, à propos de l'article du magazine Ebdo relayant des soupçons de viol et de harcèlement sexuel le visant. "Je m'attendais à ce que mon exposition soit brutale, je ne suis pas d'une grande naïveté", a ajouté le ministre.

"Je ne pardonnerai jamais, on a touché à mon honneur, à ma famille, ça n'est pas du journalisme". Revenant sur cette affaire, il a assuré qu'il ne pardonnera jamais. "Pour l'instant, la seule réponse sera judiciaire". L'ancien animateur vedette de TF1 n'ira tout de même pas jusqu'à dire que l'affaire était un mal pour un bien. Nicolas Hulot avait choisi le 8 février de devancer la publication de cet article en venant s'expliquer sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin sur RMC/BFMTV.

Relancé sur les réactions au sein du gouvernement et sur la possibilité qu'il ait été "fragilisé", Hulot commence par reconnaître que son action a été "affectée" par l'affaire: "Elle m'a évidemment perturbée dans l'exercice de mes fonctions parce que, quand vous subissez de tels assauts, à moins d'être un monstre cynique, ce n'est pas favorable à l'attention et au temps que vous devez donner".

Sur France Inter ce matin, Nicolas Hulot a fait savoir que sa colère contre l'hebdomadaire était intacte.

Il a par ailleurs salué le soutien de ses collègues ces dernières semaines: "J'ai reçu [des membres de] ce gouvernement, à tous les niveaux, une telle confiance, une telle sympathie que quelque part ça nous a rapprochés les uns avec les autres".

Dernières nouvelles