Convoqué par la police pour avoir aidé une migrante à accoucher — France

Quand la police refuse l'accouchement à une femme… migrante

Briançon : un maraudeur convoqué après avoir secouru une migrante sur le point d'accoucher

Elle a accouché dans la nuit.

Engageant la conversation avec les migrants, Benoît Ducos comprend rapidement que la jeune femme, enceinte de huit mois et demi, est sur le point d'accoucher. Benoît Ducos, bénévole dans une association, réalisait une maraude dans les Hautes-Alpes, à la frontière franco-italienne, pour aider les migrants en détresse, samedi 10 mars au soir, quand il a rencontré un groupe de six personnes. "Ils étaient au bord de la route après avoir marché dans la neige pour éviter le contrôle à la frontière, confie au Dauphiné Benoît Ducos".

Le bénévole prend alors "la décision de l'emmener à l'hôpital" ainsi que ses compagnons d'infortune.

L'homme est venu en aide à un groupe de migrants, dont une femme enceinte. "Il y avait une maman, portée par deux autres migrants parce qu'elle ne pouvait plus marcher, et le papa qui portait deux enfants", a-t-il expliqué.

Alors que la jeune femme se plaint de contractions de plus en plus douloureuses, la voiture conduite par Benoît Ducos est arrêtée peu après 22 heures à l'entrée de Briançon par un contrôle douanier.

Un petit garçon, prénommé Daniel, est finalement né en bonne santé dans la nuit et sa famille a pu lui rendre visite sur demande du personnel soignant. "Ils ont tergiversé pour savoir s'il fallait appeler les pompiers", dénonce Benoît Ducos auprès du Dauphiné, selon qui les secours sont arrivés près d'une heure après le début du contrôle.

Un délai contesté par la préfecture. "On a frôlé l'accident grave ", explique-t-il encore à " L'Express ". Les autorités saluent une " prise en charge irréprochable et immédiate ". Quant au nouveau-né, il a finalement été mis au monde dans un hôpital de Briançon. "Dans un communiqué publié sur Twitter, la préfète assure que les douaniers ont " sollicité immédiatement " les pompiers sur place, " moins de 15 minutes après le contrôle du véhicule ".

Quant à Benoît Ducos, après avoir passé 15 minutes au poste de police le soir des faits, il doit être auditionné mercredi par la police aux frontières de Montgenèvre pour transport de personnes en situation irrégulière.

Dernières nouvelles