La présidente, impliquée dans un scandale, va démissionner — Île Maurice

Mubarak Sooltangos ami et conseiller de la présidente

Mubarak Sooltangos ami et conseiller de la présidente

Depuis l'éclatement de l'affaire Platinum Card dans laquelle est impliquée la présidente de la République, ses relations avec le Premier ministre ne sont pas très cordiales.

Au lendemain de la fête de l'indépendance de son pays, Ameenah Gurib-Fakim laisse planer le doute sur sa démission. La présidente mauricienne a cependant également utilisé la carte pour faire des achats personnels à l'étranger (bijoux, chaussures de marque, etc.), à hauteur de 25 000 euros. Mme Gurib-Fakim avait reconnu les faits, mais affirmé avoir remboursé en mars 2017 l'argent utilisé à titre personnel.

"Une information confirmée par un communiqué de la présidence mauricienne, cité par RFI".

Mais si l'affaire fait autant polémique, c'est bien parce qu'elle implique le milliardaire angolais Alvaro Sobrinho, un homme d'affaires controversé qui finance PEI et qui depuis 2015 a tenté plusieurs fois d'investir à Maurice, selon l'Express, ce qui avait déjà déclenché des polémiques.

"Son Excellence Ameenah Gurib-Fakim, n'ayant rien à se sentir coupable et capable de fournir des preuves corroborantes, rejette toute idée de démissionner", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Mme Gurib-Fakim est la dernière femme chef d'État en Afrique - même si cette fonction est purement honorifique à Maurice - depuis la fin du second mandat en janvier de la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf, qui était devenue en 2005 la première femme élue à ce poste sur le continent.

Dernières nouvelles