Ramona Hernandez jugée pour infanticides devant les assises de la Gironde — Justice

La maison où les corps congelés de cinq nouveaux-nés ont été retrouvés à Louchats

La maison où les corps congelés de cinq nouveaux-nés ont été retrouvés à Louchats

Jusqu'à vendredi, la mère de famille de 38 ans comparaît pour "meurtres sur mineurs" devant la cour d'assises de la Gironde: entre 2005 et 2015, elle est accusée d'avoir tué cinq de ses bébés, retrouvés à son domicile de Louchats, près de Bordeaux.

Ce jour-là, l'une des deux filles du couple, toutes deux adolescentes, fait une macabre découverte dans une chambre: le corps sans vie d'un nourrisson, caché dans un sac isotherme. Psychologiquement fragile, la trentenaire se trouve seule dans le box, son époux ayant bénéficié d'un non-lieu.

Une famille "unie" et appréciée. Employée chez un pépiniériste, Ramona Canete est polie et discrète, de corpulence fluette. La nouvelle va secouer le petit village de Louchats où réside la famille.

L'association "Innocence en danger ", partie civile dans ce procès, espère comprendre ce qui s'est passé, et comment l'accusée a pu accoucher cinq fois sans que son entourage soit au courant. Elle prévient aussitôt son père qui alerte les gendarmes et révèle l'une des plus graves affaires d'infanticides de la décennie en France.

L'autopsie du bébé de sexe masculin - vraisemblablement né 48 heures auparavant - révèle qu'il était viable à la naissance. A leur arrivée sur place, les gendarmes découvrent les corps de quatre autres nourrissons dans le congélateur de la maison.

Après la découverte des corps, la mère avait séjourné dans une unité de soins psychiatriques, avant d'être placée en détention provisoire à la maison d'arrêt de Gradignan.

Le corps est dissimulé dans un sac isotherme. Pourquoi avoir négligé cette dernière étape pour le dernier enfant? Pour se faire arrêter et mettre fin au cycle, a affirmé la jeune femme aux enquêteurs.

"Au cœur de ce procès, qui s'annonce complexe, l'épineuse question du déni de grossesse". Son mari, mis en cause au tout début de l'enquête, a été disculpé par la justice.

Lors de l'audience, on a tous besoin de se plonger dans la compréhension de sa personnalité, ce vécu personnel, ce sentiment terrible: elle n'était pas en capacité de donner la vie.

" Le rôle de l'association de protection de l'enfance n'est pas celui du Parquet, explique maître Nathalie Bucquet, qui représente l'association Innocence en danger, partie civile également". Elle est représentée par Me Nathalie Bucquet. "Je ne sais pas quoi dire", a-t-elle répondu à la présidente, qui lui demandait d'aller "au plus profond d'elle-même" pour apporter des réponses à la cour.

Dernières nouvelles