Deux opposants au projet Cigéo incarcérés — Déchets nucléaires

La justice a condamné, lundi 19 mars 2018, deux opposants au projet d'enfouissement de déchets nucléaires de Bure (Meuse) à de la prison ferme.

La condamnation du premier, un hommage âgé de 24 ans, qui prévoit huit mois de prison dont cinq mois avec sursis et une interdiction de territoire en Meuse et en Haute-Marne, a été accueillie par des vives protestations de la centaine d'opposants qui a assisté au procès. Ils étaient poursuivis pour des violences et dégradations.

Trois mois de prison ferme.

Le prévenu aurait jeté un bidon d'essence enflammé en direction des gendarmes, ce qu'il conteste, avant d'incendier le bivouac où il était installé lors de l'évacuation du bois Lejuc par 500 militaires, le 22 février.

Il a reconnu avoir donné un coup de pied à un militaire, puis craché sur un second "par dégoût et mépris" lors de son interpellation.
Elle a refusée de décliner son identité durant la garde à vue et de se soumettre aux prélèvements d'empruntes. C'est cette structure qui pilote la construction du site d'enfouissement de déchets nucléaires de Bure.

Ils sont alors placés en détention provisoire.

Six autres opposants interpellés pendant l'intervention des gendarmes en février vont être jugés le 12 juin prochain par le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc.

Dernières nouvelles