Les oiseaux disparaissent des campagnes françaises

Un tiers des oiseaux des campagnes a disparu en 15 ans

La disparition des oiseaux s'est encore accéléré ces deux dernières années @ LOIC VENANCE AFP

Un déclin observé depuis plus de vingt ans et qui s'est notamment accentué depuis 2016. Les populations d'oiseaux en milieu rural se sont réduites d'un tiers en 15 ans. Selon ces deux institutions qui ont mené deux études parallèles, "les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse vertigineuse". Le premier, baptisé STOC (Suivi temporel des oiseaux communs) et piloté par le Muséum d'histoire naturelle, regroupe les observations d'ornithologues professionnels et amateurs sur l'ensemble de l'Hexagone. "Au vu des pertes ces deux dernières années, cette tendance est loin de s'infléchir", alertent les chercheurs". "Ce qui est véritablement alarmant, c'est que tous les oiseaux du milieu agricole régressent à la même vitesse, même les plus généralistes ou les oiseaux des milieux boisés, qui ne diminuent pas ou peu dans leur milieu de prédilection", explique Vincent Bretagnolle au Journal du CNRS". Ce programme " produit des indicateurs annuels sur l'abondance des espèces dans différents habitats (forêt, ville, campagne, etc.) ".

Depuis plus de 20 ans, des chercheurs étudient dans les Deux-Sèvres, 160 zones de 10 hectares d'une plaine céréalière typique des territoires agricoles français.

" Les résultats de ces deux réseaux coïncident largement et notent une chute marquée des espèces spécialistes des plaines agricoles, comme l'alouette ", constate l'écologue Vincent Bretagnolle, chercheur au Centre d'études biologiques de Chizé, dans les Deux-Sèvres (CNRS et université de La Rochelle).

A l'automne 2017, des chercheurs allemands et britanniques conduits par Caspar Hallmann (université Radboud, Pays-Bas) ont, pour la première fois, mis un chiffre sur le déclin massif des invertébrés depuis le début des années 1990: selon leurs travaux, publiés en octobre dans la revue PLoS One, le nombre d'insectes volants a décliné de 75 % à 80 % sur le territoire allemand.

Pour les chercheurs du CNRS et du MNHN, cette disparition massive " est concomitante à l'intensification des pratiques agricoles ces 25 dernières années, plus particulièrement depuis 2008-2009. "Une période qui correspond entre autres à la fin des jachères imposées par la politique agricole commune, à la flambée des cours du blé, à la reprise du sur-amendement au nitrate permettant d'avoir du blé sur-protéiné et à la généralisation des néonicotinoïdes, insecticides neurotoxiques très persistants lien avec l'effondrement des insectes" souligne le Muséum d'Histoire naturelle. "Ainsi, au printemps 2018, de nombreuses régions de plaines céréalières risquent d'être silencieuses".

Il y a urgence à modifier les pratiques agricoles.

Dernières nouvelles