Attaque terroriste dans l'Aude: trois morts, le preneur d'otages abattu

Source Google Street Map

Source Google Street Map

Le groupe djihadiste n'a pas donné d'autres précisions et n'a pas fourni de preuves à l'appui.

Au total, le preneur d'otages a tué trois personnes à Carcassonne et à Trèbes. Un lieutenant-colonel de gendarmerie dépêché sur les lieux s'est alors proposé pour prendre la place de celle-ci.

Monde Suivi par les services de renseignement français, le profil de Rédouane Lakdim ne les avait pas interpellés car aucun signe de radicalisation n'avait été décelé.

"La France a encore une fois été frappée par un acte lâche et sanglant". Pas question de donner le sentiment d'un flottement à la tête du pays alors que le chef de l'Etat, présent à Bruxelles pour un conseil européen, indiquait lors d'une conférence de presse commune. "Nous le mènerons et nous le gagnerons ensemble", a-t-il ajouté, s'exprimant en français.

" Pour autant, et je reste prudent parce que l'enquête commence, nous ne sommes plus dans une situation comme il y a 2 ou 3 ans où nous étions face à des offensives menées depuis la zone irako-syrienne sur notre territoire", a expliqué le chef de l'Etat.

Trois personnes sont mortes et seize autres ont été blessées, dont deux sont dans un état grave, suite à des attaques terroristes vendredi d'un Franco-Marocain à Carcassonne et à Trèbes dans le sud de la France, a indiqué le président français Emmanuel Macron. Ce gendarme s'était offert en otage et avait été hospitalisé dans un état grave. La préfecture de l'Aude a annoncé sur Twitter que ce secteur "était interdit", demandant à la population de "faciliter l'accès aux forces de l'ordre".

Après une intervention de l'antenne du GIGN de Toulouse, soutenue par les policiers d'élite du Raid et de la BRI, le preneur d'otages a été abattu.

Il s'est ensuite dirigé vers le Super U de Trèbes.

M. Macron a précisé que " dans le cadre de l'enquête, il sera rendu compte des éléments de diligence et de suivi qui avaient été effectués " sur l'assaillant à Trèbes.

Cette attaque en trois temps a débuté au matin par le braquage d'une voiture près de Carcassonne, faisant un mort et un blessé.

"Il s'agirait d'un acte terroriste" a déclaré Edouard Philippe qui précise que le pronostic vital du CRS blessé n'est pas engagé.

Cette enquête concerne aussi des tentatives de "séquestrations sous conditions en relation avec une entreprise terroriste" et aussi "association de malfaiteurs terroristes criminelle". La préfecture de l'Aude a activé une cellule d'urgence médico-psychologique. L'homme abattu serait également l'auteur des coups de feu tirés sur quatre CRS, depuis une Opel Corsa volée, non loin de Carcassonne, plus tôt dans la journée.

La gendarmerie est aussitôt intervenue, permettant à une partie des clients du supermarché de sortir.

Dernières nouvelles