Manger souvent à l'extérieur est dangereux pour la santé

Les traitements actuels contre l'obésité sont capables d'agir sur l'appétit des femmes mais ne s'adressent pas aux régions du cerveau qui commandent l'activité physique et la dépense des calories

Manger souvent à l'extérieur est dangereux pour la santé

L'étude, reprise par The Guardian, a constaté une augmentation de 35% du niveaux de phtalates dans le corps humain chez les participants qui avaient mangé à l'extérieur par rapport à ceux restés chez eux. Ils sont couramment utilisés pour accroître la flexibilité et la durabilité du plastique.

Burgers et sandwiches figurent parmi les produits alimentaires les plus à risque "s'ils ont été achetés à un fast-food, un restaurant ou une cafétéria" avec une exposition aux phtalates augmentée de 30%. Des cas d'obésité, d'asthme et de diabète pourraient aussi être liés à l'exposition à certains produits nocifs.

Les taux se révèlent particulièrement élevés chez les adolescents. Dans ce groupe de la population étudiée, le fait d'avoir mangé dehors dans les vingt-quatre heures et la quantité de phtalates présente dans l'organisme sont corrélés de manière encore plus significative.

Le docteur Ami Zota, chercheur à l'université George Washington à Washington DC, déclare: "Cette étude suggère que la nourriture préparée à la maison est moins susceptible de contenir des niveaux élevés de phtalates, des substances chimiques liées à des problèmes de fertilité, des complications lors de la grossesse et d'autres problèmes de santé".

Les chercheurs se sont basés sur l'analyse de données de la "US National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES)" collectées entre 2005 et 2014. Ils ont ensuite mesuré leur taux de phtalates grâce à des échantillons d'urine. La corrélation entre l'exposition élevée aux phtalates et le fait de manger au restaurant étaient marquée à travers toutes les tranches d'âges, mais plus forte chez les jeunes, ont commenté les chercheurs.

"Nos résultats suggèrent que le fait de dîner au restaurant pourrait être une source d'exposition importante et méconnue aux phtalate", explique Julia Varshavsky, co-auteur de l'étude. "Les femmes enceintes, les enfants et les adolescents sont plus vulnérables aux effets toxiques des produits chimiques hormonoperturbants, il est donc important de trouver des moyens de limiter leurs expositions". L'étude révèle que les aliments les plus chargés en phtalates sont les cheeseburgers et les sandwiches vendus dans les fasts-food, les restaurants et les cafétérias.

Dernières nouvelles